twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Mali procède au recensement numérique de sa population

jeudi 23 juin 2022

Par le passé, la centralisation des données sur la population et l’habitat collectées sur papier prenait du temps. Les technologies de l’information et de la communication ont contribué à améliorer leur extraction et leur exploitation par les différentes agences publiques des États.

Le Mali a lancé, mercredi 15 juin, le cinquième recensement général de la population et de l’habitat (RGPH5). La particularité de cette nouvelle opération est qu’elle sera effectuée de manière numérique. Finis les registres volumineux en papier. Tout se déroulera sur des tablettes informatiques.

D’après Dr Arouna Sougané, le directeur général de l’Institut national des statistiques (Instat), la numérisation va améliorer la qualité de la collecte des données sur les populations. Elle va également améliorer la durée de traitement des données et leur mise à disposition. Les premiers résultats sont attendus au quatrième trimestre de l’année.

Pour mener à bien le RGPH5, l’État malien a mobilisé la somme de 25 milliards FCFA (40,2 millions $) avec le soutien de la Banque mondiale et d’autres partenaires. Au-delà de la mobilisation de ces ressources financières, le gouvernement a également déployé 26 327 agents recenseurs auprès des ménages, coordonnés par 4 504 chefs d’équipes soutenus par 866 contrôleurs technologiques.

Ce 5e recensement général que mène l’État malien intervient après ceux de 1976, 1987, 1998, et 2009. Le RGPH est réalisé généralement tous les dix ans, conformément aux dispositions de la Commission statistique des Nations unies.

Pour le directeur général de l’Instat, l’objectif du RGPH est de connaître l’effectif de la population, sa structure et sa répartition géographique. La base de données obtenue servira dans la planification avec efficacité des actions de développement du pays, l’évaluation des progrès réalisés dans l’atteinte des programmes de développement, non seulement au niveau national, mais aussi aux niveaux sous régional et international.

Ruben Tchounyabé

(Source : WeAreTechAfrica, 23 juin 2022)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)