twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Kenya prévoit de migrer de l’IPv4 à l’IPv6 en 2023

lundi 11 juillet 2022

Introduit par l’Internet Engineering Task Force (IETF), l’IPv6 est le dernier standard en matière de protocole Internet. Toutefois, son adoption reste faible à travers le continent africain malgré la demande croissante en adresse IP et le fait que son prédécesseur a atteint ses limites.

Le Kenya envisage de finaliser sa transition de l’IPv4 (Internet Protocol version 4) vers l’IPv6, le dernier standard en la matière, en 2023. C’est ce qu’a récemment déclaré l’Autorité des communications du Kenya (CA), qui a mis en place une stratégie à cet effet.

La nouvelle stratégie de transition prévoit des interventions régulatrices, des sensibilisations, des formations. Ainsi, à partir de juillet 2023, le régulateur n’homologuera que les appareils dotés d’une capacité IPv6. De plus, les ressources qui seront attribuées à partir de cette date incluront une exigence réglementaire pour l’adoption des adresses IPv6. Un système de contrôle du niveau de conformité sera également mis en place.

Cette initiative du régulateur intervient dans un contexte marqué par la lenteur du Kenya, tout comme les autres pays africains, à adopter l’IPv6 malgré le fait que son prédécesseur est à bout de souffle, et ce, depuis 2011. C’est à cette date que le dernier bloc d’adresses IP de cette version a été alloué. Selon des statistiques de Google citées par la CA, les taux d’adoption de l’IPv6 sont actuellement inférieurs à 8 % au Kenya, à 0,3 % en Ouganda, à 0,11 % en Tanzanie, à 6,34 % au Rwanda, à 0 % au Burundi et au Sud-Soudan.

L’IPv4 est la première version du protocole Internet à être utilisée. Officiellement publiée en 1983, elle reste la version la plus connue, avec ses 4,3 milliards d’adresses IP uniques. Toutefois, au début des années 1990, le remplacement de l’IPv4 a commencé à être pressenti avec l’invention du Web et la mondialisation de l’Internet. C’est ainsi que l’IPv6 a été développé et normalisé en 1996, avec une capacité théorique de 340 trillions de trillions d’adresses. Il est disponible depuis 1999.

Selon l’AC, si le Kenya tarde à adopter pleinement l’IPv6, le secteur des TIC du pays risque d’être confronté à de «  graves défis technologiques  », notamment un manque d’accès à l’Internet et un certain retard sur les avancées technologiques telles que l’Internet des objets (IoT) ; des réseaux complexes  ; sans oublier la recrudescence des cyberattaques et autres incidents en ligne.

Isaac K. Kassouwi

(Source : Agence Ecofin, 11 juillet 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)