twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Haut conseil de l’audiovisuel dénonce la Rts

mercredi 7 juillet 2004

« (...) Durant tout le semestre écoulé et bien avant, la Radiodiffusion télévision sénégalaise (Rts) n’a pas organisé l’émission Pluriel, ni saisi le Hca chargé de la supervision de ladite émission légale pour l’informer de difficultés ou contraintes éventuelles particulières justifiant l’absence d’une telle émission à la télévision nationale, malgré les correspondances en date du 26 septembre 2003, 16 décembre 2003 et 17 février 2004 ; il en est de même pour l’émission radiophonique Opinion ». Pour le Hca, qui fait la remarque, « l’absence de ces deux émissions a pour conséquence de rendre impossible l’application des dispositions pertinentes de la loi relative au pluralisme de l’information ; qu’elle prive les partis politiques légalement constitués de la possibilité de s’exprimer à la télévision nationale en particulier ; qu’elle ne favorise pas l’expression libre des courants d’opinion et de pensées et qu’elle ne permet pas à la Rts d’exécuter convenablement le service public qui lui est confié dans le respect des exigences du pluralisme ».

Ainsi, lit-on dans l’avis couvrant les deux premiers trimestres de l’année 2004 que l’organe de régulation vient de rendre public, « le Hca relève au surplus, pour le déplorer que la Rts n’a pas souvent durant la même période offert aux formations politiques de l’opposition l’occasion de se prononcer avec sa programmation actuelle qui fait très largement place à des pages spéciales, à des reportages, publi-reportages et autres émissions favorables au courant majoritaire ». Aujourd’hui, fait remarquer le Hca, toutes les manifestations religieuses ne sont pas couvertes dans les mêmes termes de durée et de fréquence. Et la Rts doit veiller à concilier l’accomplissement de sa mission avec le respect des libertés garanties par les lois de la République et à traiter équitablement les manifestations et cérémonies se rapportant aux croyances et cultes. Elle doit leur apporter toute l’attention requise et de ne lui porter atteinte que dans la mesure où cela s’avère strictement nécessaire aux contraintes du service public de la radiotélévision. Aujourd’hui, conformément à la loi sur la publicité, le Hca, qui considère que « les messages publicitaires doivent être conformes aux exigences de véracité, de décence, de respect de la personne humaine (...) regrette la diffusion de scènes particulièrement violentes dans la campagne de prévention routière ». Il en est de même de « la non prise en compte de l’intérêt des téléspectateurs comme ce fut le cas lors du combat de Tapha Guèye-Tyson où il a été noté un envahissement de la publicité dans un volume et dans des conditions qui ont incontestablement porté atteinte au droit à l’information avec notamment la diffusion au moment du démarrage des petits combats, d’au moins six spots publicitaires, privant ainsi les téléspectateurs de ces images ». C’est pourquoi, le Hca invite la Rts à surveiller la programmation de ses annonces publicitaires car ces programmes télévisés doivent être clairement identifiés comme tels.

Dans un autre registre, le sentiment d’amertume qui anime le Hca dans son appréciation des programmes de la télévision nationale semble s’appliquer également à la radio. Les émissions diffusées sur ce support sont souvent « l’occasion de l’identité de divulgation de personnes notamment impliquées dans des instances judiciaires ». Pire, elles sont l’occasion de diffuser des éléments de nature à choquer certaines convictions religieuses ; qu’elles donnent souvent l’occasion de discréditer l’Etat ou son Chef ou de lancer des expressions outrageantes, des termes de mépris ou des invectives, de jeter le discrédit sur les institutions ou les autorités de la République, d’attenter à la vie privée des citoyens. Aujourd’hui, le Hca continue à mettre en garde contre les dérapages enregistrés lors des émissions interactives avec son lot de « violences verbales » telle que la « sortie scandaleuse d’un auditeur lors du décès du Cardinal H. Thiandoum que le Hca condamne ». Au-delà des messages publicitaires en faveur des produits faisant l’objet d’interdiction et autres tradipraticiens, le Hca « met particulièrement en garde contre toute tentative d’évolution vers le durcissement du discours religieux ». Mieux, le Hca invite les responsables d’organes de presse à mettre les voies et moyens pour l’amélioration du respect des règles éthiques et déontologiques (...) et à encourager la mise en place de mécanismes propres d’autorégulation.

Mbagnick NGOM

(Source : Wal Fadjri->http://www.walf.sn/] 7 juillet 2004)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)