twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le GIMAC annonce une Monétique de masse

mardi 13 mars 2018

La Monétique à faible coût et pour le grand nombre. Tels sont les ingrédients concoctés par GIMAC pour vulgariser l’usage de la carte bancaire en Afrique Centrale.

Il y a six ans, naissait un nouvel organisme monétique de l’Afrique Centrale. C’était le 04 juin 2012 à Douala au Cameroun, sous la forme d’un groupe d’intérêt économique (GIE) : le Groupement Interbancaire Monétique de l’Afrique Centrale (GIMAC).

Son capital est de 3.500.000 FCFA reparti entre la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) et les autres membres (banques). Son siège social est situé aux Services Centraux de la BEAC à Yaoundé au Cameroun.

Cette naissance intervient après la fusion des deux entités du Système Monétique Interbancaire (SMI) : l’Office Monétique de l’Afrique Centrale (OMAC) créé en 2006 et la Société Monétique de l’Afrique Centrale (SMAC) créée en 2005. L’objectif étant de mettre en place une plateforme monétique sous régionale pour optimiser le traitement des transactions entre deux institutions financières de la zone CEMAC (Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Équatoriale, République de Centrafrique et le Tchad).

L’un des enjeux de cette réforme est la création d’une carte bancaire sous régionale permettant d’effectuer des opérations de paiement et de retrait dans n’importe quel pays de la zone CEMAC. Cette nouvelle carte répondra aux exigences de la norme EMV et garantira la sécurité des transactions. En plus de réduire les frais de services interbancaires, ce nouveau système permettra d’augmenter le taux de bancarisation dans la région Afrique Centrale.

Le GIMAC a pour objet la définition du cadre réglementaire et sécuritaire ainsi que les aspects d’interopérabilité de la monétique dans la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) et d’une manière générale, toutes les opérations commerciales, industrielles et financières, mobilières et immobilières compatibles avec le statut de GIE, pouvant se rattacher directement ou indirectement à l’objet social ou à tous les objets similaires ou connexes.

Cependant, le principal objectif économique et social de cette réforme étant de permettre aux populations de la zone CEMAC de disposer d’une monétique de masse et à faible coût. Pour y arriver, il entend faciliter la mise en place de la monétique par délégation aux établissements financiers non monétiques, développer l’interopérabilité locale de l’ensemble des acteurs, multiplier les guichets automatiques de banque et les terminaux de paiement électronique. Il s’agit in-fine de vulgariser l’usage de la carte bancaire à l’image de ce qu’est devenu le téléphone mobile en si peu de temps dans la zone CEMAC.

Terrence Xavier Mouengui

(source : Finacial Afrik, 13 mars 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)