twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le G5 Sahel entame le processus de suppression des frais d’itinérance télécoms entre eux

mercredi 8 août 2018

Le secrétariat permanent du G5 Sahel vient d’adopter une feuille de route pour la mise en œuvre effective d’ici 2019 de ce projet baptisé « free roaming ». La feuille de route sera ultérieurement présentée aux différents chefs d’Etat.

Cette mesure qui consiste à uniformiser les tarifs télécoms entre les cinq pays du G5 Sahel va contribuer à une plus grande intégration des population, selon Tontama Charles Millogo, le directeur général de l’Agence de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) du Burkina Faso. Elle facilitera également le renseignement entre les pays et permettra de lutter efficacement contre le terrorisme.

Qui dit suppression des frais d’itinérance dit recul des revenus gagnés par les opérateurs grâce au roaming. Sur cette préoccupation qui pourrait amener les opérateurs télécoms à trainer les pieds dans la suppression des frais d’itinérance, Mikailou Sidibé, expert en infrastructures du G5 Sahel a apporté une solution. Il a expliqué qu’avec le « free roaming », « tout le monde est gagnant parce que vous avez parallèlement une hausse du trafic télécoms à l’échelle internationale qui va compenser, à très court terme, les pertes ou appréhensions que les gens ont au début ».

Le G5 Sahel, regroupement des pays de la zone sahélienne, n’est pas la première communauté de pays d’Afrique qui veut abolir les frais d’itinérance télécoms entre ses membres. Une partie de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est (CEA), conduite par le Kenya, l’expérimente depuis 2015. Pour une partie de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), conduite par le Sénégal, c’est le cas depuis le 30 mars 2017

De leur côté, les pays membres de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) préparent encore les procédures légales indispensables à l’avènement du « free-roaming » d’ici 2019.

Pour les pays d’Afrique centrale, ils comptent profiter du projet « One Area Network » de l’Alliance Smart Africa-organisation qui promeut le développement et la coopération technologique sur le continent-dont ils sont pour la plupart membres pour résoudre le problème d’itinérance télécoms.

Maria Diop

(Source : Réussir Business, 8 août 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)