twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Fonds mondial de Solidarité Numérique assure une présence sur le continent africain

mercredi 18 octobre 2006

« Parmi les pays les plus pauvres, la plupart se trouvent en Afrique. Les technologies de l’information étant une solution aux problèmes de développement, la présence du FSN au coeur de ce continent s’avère nécessaire » explique M. Ayuba Kadafa, le représentant du FSN en Afrique, installé à Abuja depuis juillet. C’est en effet dans la capitale du Nigeria que le Fonds mondial de Solidarité Numérique a mis en place son premier bureau régional, soutenu par le gouvernement nigérian qui met à disposition un bâtiment administratif.

« Il s’agira pour moi d’engager un dialogue fructueux avec les différents acteurs - Union Africaine, NEPAD, Banque africaine de développement, ainsi que toutes les institutions engagées dans le développement - afin d’utiliser pleinement les synergies pour que l’action du Fonds complète les initiatives existantes en Afrique. Le message du Fonds doit pouvoir être compris par l’ensemble des acteurs », commente M. Kadafa.

La présence du FSN en Afrique permettra d’être au plus près des besoins des populations et de pouvoir évaluer plus rapidement les demandes de soutien, tout en vérifiant la transparence des porteurs de projets.

Pour le Secrétaire exécutif du FSN M. Alain Clerc, une présence en Afrique permettra de plaider la question de la solidarité numérique directement auprès des responsables africains. « Notre politique veut mettre en oeuvre une solidarité qui implique tous les acteurs, qu’ils représentent les pouvoirs publics, le secteur privé, la société civile, les collectivités locales, les milieux culturels.

La contribution du « 1% de solidarité numérique » s’applique aussi dans les pays en développement. L’Afrique doit ouvrir la voie, faire la preuve par l’acte et prouver au monde que l’on peut aboutir à des résultats concrets. Il s’agit également de démontrer que l’engagement demandé aux entreprises répond en fait à leur intérêt en leur permettant de s’implanter dans de nouveaux marchés.

Dans l’immédiat, nous remercions le Président Obasanjo de son soutien dans l’ouverture de notre premier bureau régional. »

(Source : Fonds de Solidarité Numérique, 18 octobre 2006)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)