twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Fonds de Solidarité Numérique désormais en ligne

lundi 14 mars 2005

Le Fonds de solidarité numérique (FSN), proposé par le président sénégalais Me Abdoulaye Wade lors de la première phase du Sommet Mondial sur la Société de l’Information (SMSI), a été officiellement inauguré ce lundi à Genève (Suisse).

La cérémonie s’est tenue en présence de plusieurs chefs d’Etat, dont le nigérian, Olusegun Obasanjo, l’algérien Abdel Aziz Bouteflika, Théodoro Obiang Nguéma de Guinée Equatoriale et de Me Abdoulaye Wade, "père fondateur" du projet qui avait été proposé lors des premiers travaux du Sommet Mondial sur la société de l’Information en 2003.

Ont également participé à la rencontre les ministres des affaires étrangères de la France, du Maroc et de la Confédération Helvétique ainsi que de Guy-Olivier Segond, président du Fonds de solidarité numérique, du secrétaire général de l’Union Internationale des Télécommunications, du maire de Genève et de la première Dame de la République Dominicaine.

Les participants à la cérémonie d’inauguration de ce lundi ont également mis la main à la poche, à l’image du Président nigérian qui a contribué au Fonds de Solidarité pour une enveloppe de 327 millions de francs CFA, là où le ministre français des affaires étrangères Michel Barnier a annoncé une première contribution de la France à hauteur de 196 millions de francs CFA.

Le président algérien Abdoul Aziz Bouteflika a apporté une contribution 250 millions de francs CFA et le maire de Dakar, Pape Diop, 196 millions de francs CFA.

D’autre part le Maroc et l’Organisation Internationale de la Francophonie ont versé chacun une enveloppe de 196 millions de Francs CFA alors que la Guinée Equatoriale a contribué à hauteur de 250 millions de Francs CFA.

Pour sa part, le Sénégal avait déjà, par la personne de maître Abdoulaye Wade, donné une contribution de 250 millions de francs CFA dés le lancement de l’idée du Fonds de Solidarité numérique en 2003 à Genève.

Déjà, le FSN a reçu les contributions du Sénégal et des villes de Lyon (France), Genève (Suisse) et Turin (Italie) à hauteur de 960 millions de francs CFA.

Ainsi, au cours de la dernière rencontre préparatoire du SMSI organisée en février dernier à Genève, les participants ont accepté de se prononcer favorablement à la mise en place de ce Fonds tel que proposé par le président sénégalais. Il devrait ainsi figurer en bonne place dans les résolutions de la deuxième phase du SMSI qui se déroulera à Tunis (Tunisie) du 16 au 18 novembre prochain.

Le FSN, qui sera financé par des contributions volontaires à hauteur de un pour cent des contrats obtenus par les fournisseurs privés de services des technologies de l’information et de la communication (TIC), avait déjà obtenu l’adhésion de la plupart des délégations africaines et asiatiques en 2003.

Destiné à venir en appui aux mécanismes de financement déjà existants, le FSN va ainsi soutenir les projets communautaires et consacrera 60 pour cent de ses ressources à des projets réalisés dans les pays les moins avancés, 30 pour cent pour les pays dont l’économie est en transition et 10 pour cent pour les pays développés.

Aussi, le ministre français des Affaires étrangères, Michel Barnier a mis en exergue les enjeux des Tic pour les pays pauvres à l’image de l’Irlande qui a rattrapé son retard économique en grande partie sur les autres pays de la communauté européenne grâce au numérique.

Par ailleurs, dans la campagne de financement des activités du prochain SMSI, prévu à Tunis, plus d’un milliard 115 millions de francs CFA sur les deux milliards de francs CFA nécessaires à l’organisation de la manifestation ont été récoltés auprès des Etats et des firmes.

Le Sénégal avec une contribution de 26 millions 620 000 francs CFA demeure le premier pays africain au titre des apports financiers devant le Burkina Faso, la Namibie et la Jamahiriya Arabe Libyenne avec respectivement 10 millions de francs CFA (25 000 CHF), cinq millions de francs CFA (12 500 CHF) et 24 millions de francs CFA (60 000 CHF), selon des chiffres fournies par l’Union Internationale des Télécommunications.

(Source : APS, 14 mars 2005)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)