twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Diable est-il dans le Net ?

vendredi 9 décembre 2016

Internet a ses avantages, mais aussi ses inconvénients. Resté déconnecté du net pourrait faire de l’individu un analphabète. Et ce, même s’il bénéficie d’une culture générale solide. C’est devenu un langage universel et tout se passe par cet outil moderne et révolutionnaire.

On y converse comme dans un salon et échange des idées, des photos etc., Autant dire qu’internet à travers les réseaux sociaux a réduit les distances. Bref, il est devenu un outil incontournable qui nous rapproche du monde tout autant qu’il peut nous éloigner de nos valeurs culturelles si l’on ne fait pas preuve de discernement.

Au Sénégal et partout ailleurs, il arrive que ça déborde avec sa face la plus hideuse. Nos périodiques nous livrent chaque jour des histoires les plus sordides, les unes des autres. Ailleurs, on pourrait comprendre.

Mais, dans une société si puritaine comme la nôtre avec des valeurs héritées de personnes qui ont passé toute leur vie à professer la bonne parole, ça pose problème.

Adultères, publication de photos obscènes

On peut dire que face à tout cela, l’Internet, tout en nous rapprochant du monde, est en train de tuer nos valeurs les plus solides. Pas donc un seul jour sans que la presse n’ébruite une vile histoire.

En effet, il y a quelques mois, la ville de Thiès s’était réveillée avec stupeur en découvrant une histoire pour le moins scrabbleuse. Il s’agissait d’une vidéo qui circulait sur le net.

Les protagonistes en étaient : un journaliste et une femme mariée à un émigré. Celle-ci, après avoir pendant longtemps filé le parfait amour avec l’homme de presse, saisie certainement par le remord, a voulu mettre fin à cette relation coupable. Elle coupe définitivement le pont avec son ex- amant.

Mais, c’était mal connaitre ce dernier qui avait filmé leur intimité. Il n’hésite pas à la mettre sur le net pour partager ces moments avec des amis. Ne s’en arrêtant pas là, il fait chanter la malheureuse dame pour qu’elle lui revienne. En vain. La partie s’est jouée devant nos tribunaux.

Des faits du genre, on en compte à foison dans les rôles de nos juridictions avec pour la plupart du temps comme victime, la femme ou l’homme. Des filles profitent ainsi de leur intimité avec un amant pour le filmer dans le plus simple appareil avant de le faire chanter.

Des histoires de vengeance entre rivales

D’autres, folles amoureuses, s’offrent à des hommes au dessein inavouable. Certains d’entre eux n’hésiteront pas à les déshabiller (c’est le cas de le dire) sur le net quand la femme ne voudra plus d’eux ou pour s’en débarrasser.

Ça peut aussi être une rivale qui veut humilier l’autre. On se rappelle ainsi des photos nues d’une femme publiées sur le net par une rivale qui a voulu se venger des infidélités de son défunt mari. Des photos qu’elle a découvertes plus tard et s’était résolue à se venger de la trahison de son mari. Elle poste les images nues de sa rivale, un cadre des assurances, qui ne s’en remettra pas de cette indélicatesse. Il y a un peu plus d’un an , c’est un professeur d’anglais qui s’est retrouvé dans de sales draps.

Le bonhomme, qui filmait ses ébats avec toutes ses conquêtes, a eu le malheur de perdre la clef où il avait mis ses beaux souvenirs qui se sont retrouvés entre d’autres mains aux idées maléfiques. Et quand l’histoire fut ébruitée, des couples se sont ainsi brisées.

La faute encore au net et au dessein sordides de quelques égarés. Et malgré ces dangers, des individus ne se découragent pas. Chaque jour, c’est son lot de découvertes. On s’amuse ainsi avec la vie des autres. Des ménages et des vies sont ainsi brisés. Et, actuellement, l’affaire des photos controversées de Mbathio Ndiaye est venue occuper les devants de l’actualité. Alors on est bien tenté de se demander si le diable n’est pas dans le net.

(Source : Gawlo, 9 décembre 2016)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)