twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Conseil spécial du chef de l’Etat chargé des Ntic, Thierno Ousmane Sy raconte

jeudi 13 septembre 2007

Comment la troisième licence de téléphonie a été attribuée à Sudatel La première réunion du Conseil des ministres, après le retour de vacances du gouvernement, a été l’occasion pour le conseiller spécial du chef de l’Etat chargé des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntic), Thierno Ousmane Sy de revenir sur les conditions dans lesquelles la troisième licence de téléphonie a été attribuée au groupe soudanais Sudatel.

Devant les membres du Conseil des ministres qui effectuaient leur rentrée après les vacances gouvernementales, le Conseiller spécial du chef de l’Etat chargé des Ntic a expliqué tout le processus ayant abouti à l’attribution de la troisième licence de téléphonie au groupe soudanais Sudatel. Thierno Ousmane Sy et Karim Wade étaient chargés par le chef de l’Etat de piloter le dossier. D’emblée, expliquera Thierno Ousmane Sy, lui et Karim Wade ont reçu plusieurs offres de la part de sociétés évoluant dans le domaine des télécommunications, lorsque le dossier leur a été confié par le chef de l’Etat. Thierno Ousmane Sy a rapporté aux membres du Conseil des ministres que c’est le groupe chinois Com Yang qui a été le premier à se manifester. L’offre financière de cette société était chiffrée à 120 millions de dollars. Seulement, indique-t-il, lorsque lui et Karim Wade l’ont présenté au chef de l’Etat, ce dernier l’a repoussé en leur disant que ce n’était pas assez. Selon toujours ces mêmes sources, Thierno Ousmane Sy a poursuivi pour révéler que par la suite, en décembre 2006, Bintel du groupe du milliardaire saoudien Bin Laden avait présenté une offre en décembre 2006, toujours repoussée par le chef de l’Etat. Celle de Belga Com le sera également. C’est dans ces conditions, ajoute toujours Thierno Ousmane Sy, que lui et Karim Wade ont reçu l’offre de Celtel qui paraissait intéressante à leurs yeux. Ce groupe mettait sur la table la somme de 170 millions de dollars. Mais lorsqu’ils en ont fait part au chef de l’Etat, il leur a déclaré que l’offre ne répondait pas à ses exigences. Cette offre repoussée, ils recevront celle de Sudatel qui était comparable à ce que proposait Celtel. Ce qui n’était pas acceptable pour le chef de l’Etat. C’est ainsi, assure Thierno Ousmane Sy qu’il s’est réuni avec Karim Wade pour dire qu’il fallait prendre une décision, rapportent une source proche de l’Anoci. D’ailleurs, le président de la République les encourageait en leur disant durant cette période : « vous êtes proches de l’arrivée ».

Suggestion du président de la République

Le président de la République leur a même suggéré, explique-t-il, de demander à tous les groupes intéressés de faire des offres sous plis fermés. Ce qu’ils ont fait. Cela va s’avérer payant, si l’on en croit Thierno Ousmane Sy, puisque Sudatel allait finalement revenir à la charge avec cette offre de 200 millions de dollars. Ce qui mettra aux anges le chef de l’Etat qui dès qu’il a eu vent de cette nouvelle offre leur dira : « c’est le chiffre que je voyais depuis des années ». Puis de leur jeter des fleurs, en saluant l’alliance entre la technicité (celle de Thierno Ousmane Sy) et la maîtrise des finances internationales (celle de Karim Wade). S’en est suivi un exposé de Thierno Ousmane Sy sur les conditions dans lesquelles l’Agence de régulation des postes et télécommunications (Artp) a été mise sur pied, ainsi que ce qui est sa mission.

Wade : « une loi rectificative des finances décidera le poste où sera transféré l’argent »

Thierno Ousmane Sy ayant fait la genèse du processus ayant abouti au choix de Sudatel, il ne restait plus qu’au chef de l’Etat de prendre la parole. Et c’était pour préciser que Sudatel allait verser le chèque pour le retrait de l’argent dès que le contrat sera signé. Quant à l’utilisation de ces 200 millions de dollars qui convertis en Cfa rapportent 80 milliards, et non 100 milliards, c’est le chef de l’Etat lui-même qui a fait la précision, il indiquera à l’assistance que le ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des Finances proposera un projet de loi rectificatif des finances. Dès qu’on indiquera dans quels postes du budget, l’argent sera affecté, le ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des Finances sera chargé de l’exécution, selon toujours Wade.

(Source : Nettali, 13 septembre 2007)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 323 60 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,85%)
    • 2G : 25,24%
    • 3G : 45,18%
    • 4G : 29,58%
  • 171 230 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 133 954 clés et box Internet (0,94%)
  • 2 333 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,21%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 761

- Taux de pénétration des services Internet : 88,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 223 406 abonnés
- 182 809 résidentiels (81,83%)
- 40 597 professionnels (18,17%)
- Taux de pénétration : 1,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 18 630 276 abonnés
- Taux de pénétration : 114,94%

(ARTP, 30 septembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)