twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Cameroun pourrait s’inspirer de la Tanzanie qui contraint les opérateurs de mobile à libérer 25% de leur capital à la bourse

mardi 17 juillet 2018

Dans une étude intitulée « Facilité élargie de crédit 2018-2020 : comment réussir la mise en œuvre ? », le Centre d’analyse et de recherche sur les politiques économiques et sociales (Camercap), think-tank du gouvernement camerounais, s’intéresse au développement de la bourse unique en cours de construction dans la sous-région Cemac.

Selon le Camercap, la dynamisation de la place boursière DSX (Douala stock Exchange) pour la zone Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad) pourrait s’inspirer du cas de la Tanzanie. Dans ce pays-là, indique le think-tank, le gouvernement a exigé aux entreprises de téléphonie mobile de libérer 25% de leur capital à la bourse. « Sur cette seule option de base, la DSX compterait au moins une dizaines de valeurs cotées. Et l’on y ajouterait une brochette d’entreprises relevant de la DGE (Direction des grandes entreprises) de la Direction générale des Impôts du Cameroun », suggère Camercap.

Le Centre d’analyse note une faible activité du secteur dans la sous-région. Seul le Cameroun va vers l’intégration boursière avec des actifs importants : trois actions (147,6 milliards de FCFA) et cinq obligations d’un montant de 272,9 milliards de FCFA. Soit un total de 420,585 milliards. L’on note également une faible dynamisation du côté du Gabon.

Au plus tard le 30 juin 2019, la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC) au Gabon et la Bourse de Douala (Cameroun) doivent procéder à leur fusion.

Le siège de la Bourse régionale sera donc transféré de Libreville à Douala. Dans le sens inverse, le siège de la Commission des marchés de la sous-région Cemac sera à Libreville.

Sylvain Andzongo

(Source : Agence Ecofin, 17 juillet 2018)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)