twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Burkina Faso se dote d’un laboratoire d’investigation numérique pour combattre la cybercriminalité

lundi 29 mars 2021

En 2020, l’Union européenne et l’Allemagne ont mobilisé 7,5 millions d’euros pour aider les pays d’Afrique de l’Ouest à améliorer leurs réponses aux menaces informatiques. Au Burkina Faso, les premières retombées sont déjà annoncées.

Le Burkina Faso se dotera d’un laboratoire d’investigation numérique dont les équipements techniques seront remis, mardi 30 mars à Ouagadougou, par la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), en partenariat avec l’Union européenne (UE) et Expertise France. Le laboratoire, qui sera confié à la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité (BCLCC), sera un outil essentiel pour combattre les menaces électroniques dans le pays.

La CEDEAO indique que la lutte contre la cybercriminalité est devenue indispensable en Afrique de l’Ouest au regard de l’importance que prennent les TIC dans le développement de la sous-région et des menaces induites. Au Burkina Faso où le taux de pénétration d’Internet avoisine 30% selon les dernières données de l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (Arcep), la BCLCC estimait le préjudice financier engendré par la cybercriminalité à plus d’un milliard FCFA en 2020.

Le laboratoire d’investigation numérique dont se dotera le Burkina Faso rentre dans le cadre de la mise en œuvre dans le pays du projet « Criminalité organisée : Réponse de l’Afrique de l’Ouest à la cybersécurité et à la lutte contre la cybercriminalité » (OCWAR-C) initié l’année dernière en Afrique de l’Ouest. Le 30 octobre 2020, l’UE et le gouvernement fédéral allemand avaient en effet convenu de financer le projet OCWAR-C à hauteur de 7,5 millions d’euros pour la sous-région jusqu’en 2023.

A travers cette acquisition d’équipements techniques et la formation de ses ressources humaines pour lutter contre la cybercriminalité, le Burkina Faso pourra sécuriser ses systèmes d’information qui sont une composante indispensable pour la transformation numérique.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 29 mars 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)