twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Lancement le 20 décembre du premier satellite panafricain

jeudi 13 décembre 2007

Le lancement du premier satellite panafricain de communication, baptisé RASCOM-1, dont le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Libye et la Gambie abriteront des stations de contrôle et de télémesure, aura lieu le 20 décembre courant, dans la ville de Kourou, en Guyane française.

Selon M. Amadou Bello, chargé de communication du ministère, ce satellite fournira des services de téléphone fixe, des services de données, des connections nationales et internationales, des services de diffusion de télévision directe et d’accès Internet, en particulier dans les zones rurales de manière durable sur l’ensemble du continent africain avec une zone de couverture sur une partie de l’Europe et du Moyen-Orient pendant 15 ans.

Un communiqué parvenu à la PANA précise que la station du Cameroun, qui sera installée à Douala (Bepanda), capitale économique du pays, sera combinée avec la station de communication du système à satellite d’Intelsat installée dans la même localité et avec le point d’atterrissement du câble sous-marin SAT3 et le point de terminaison des câbles à fibre optique nationale, sous-régionale et transcontinentale.

Ces infrastructures positionnent cette localité comme Hub de l’Afrique centrale et va procurer des avantages énormes, d’une part, à l’ensemble de l’Afrique et d’autre part, au Cameroun où cet instrument va favoriser le développement des activités économiques, le développement des infrastructures pour arrimer les zones rurales et frontalières aux TIC, ajoute le communiqué.

Il précise qu’elles (les infrastructures) vont créer plusieurs emplois directs et indirects et renforcer le statut de ville internationale de Douala.

Le coût de ce satellite est estimé à 400 millions de dollars américains, mais le système permettra à l’Afrique d’économiser les 500 millions de dollars US payés auparavant chaque année aux opérateurs étrangers au titre de frais de transit occasionnés par le passage d’une grande partie du trafic interafricain à faible voire à grand débit par des centres de transit situés hors du continent.

L’Organisation régionale africaine de communications par satellite (RASCOM), créée en mai 1992 avec pour siège Abidjan, en Côte d’Ivoire, est l’expression de la ferme volonté des Etats africains d’œuvrer ensemble pour créer et exploiter en commun des infrastructures de télécommunications propres à l’Afrique.

Elle a aussi pour but de rendre le marché africain des télécommunications solvable et plus viable.

(Source : Afrik.com, 13 décembre 2007

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)