twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La télédétection et les systèmes d’informations géographiques : Gérer les informations pour améliorer la gouvernance locale

mercredi 5 novembre 2003

« Il est désormais acquis qu’une mauvaise gestion de l’information constitue une contrainte à une bonne planification des ressources. » C’est le ministre de l’Environnement et de l’Assainissement qui s’exprimait ainsi, hier, à l’occasion de la sixième édition du forum des professionnels actifs dans la collecte, le traitement et la gestion d’informations géo-référenciés en Afrique ou Africagis. Par ces propos, Modou Diagne Fada a voulu signifier l’importance des systèmes d’information environnementaux dans des pays comme le Sénégal d’autant qu’il est d’avis que ces informations sont d’un apport certain dans la mise en œuvre quotidienne de nos plans et programmes. Selon Modou Diagne Fada, « ces informations aident à améliorer la planification et le suivi des politiques gouvernementales ».

L’ambassadeur des Etats-Unis au Sénégal, Richard Allan Roth, n’en pense pas moins lorsqu’il indique que « ce forum vient à son heure, car il offre une belle opportunité aux professionnels de la géo-information de partager des informations et connaissances dans ce secteur ». Le diplomatique amèricain, dont le pays, par le biais de l’Usaid, est depuis longtemps un solide partenaire de Eis-Africa, a la conviction que « l’Africagis est un précieux outil qui permet aux pays africains de satisfaire leurs besoins en informations et de gérer celles-ci ».

Mais, cela ne suffit pas, et Modou Diagne Fada est d’avis que « les produits dérivés pourraient avoir un impact décisif dans l’amélioration de la gouvernance locale dans nos pays ». C’est pourquoi, le ministre ne manque pas de saisir cette tribune pour interpeller les participants du forum « sur la nécessité de l’intégration des systèmes d’information au niveau des communautés de base et de l’administration décentralisée ».

Auparavant, le président du comité d’organisation et directeur du Centre de suivi écologique, Ahmadou Mactar Niang, a rappelé que l’objectif premier de ce forum est de doter les professionnels africains de la géomatique d’une plate-forme pour acquérir des connaissances relatives à ladite technologie et à ses applications.

Mor Talla GAYE

(Source : Le Quotidien 5 novembre 2003)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)