twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La régulation de la presse en ligne est un impératif, selon Mbagnick Ndiaye

mercredi 3 décembre 2014

La régulation de la presse en ligne par les pouvoirs publics est un impératif, a indiqué mardi le ministre de la Culture et de la Communication, Mbagnick Ndiaye, estimant qu’elle porte "les germes de destruction des familles".

"Je suis d’avis que la régulation de la presse en ligne par les pouvoirs publics demeure impérative, car actuellement elle porte des germes de destruction des familles et de déstabilisation de la société sénégalaise", a-t-il dit en séance plénière.

Le ministre de la Culture et de la Communication défendait son budget devant les députés à l’Assemblée nationale. Le projet de budget 2015 de son ministère s’élève à 12 milliards 506 de francs CFA, contre 10 milliards 804 en 2014, soit une hausse de 1 milliard 701 FCFA.

"Nous espérons que dans le cadre de la révision du Code de la presse, des dispositions seront prises pour toute cette défiance que nous constatons au niveau de la presse en ligne", a affirmé Mbagnick Ndiaye, qui estime que la presse en ligne doit être réglementée.

Il a assuré de l’engagement de son département à trouver des solutions pérennes, espérant, avec l’aide des professionnels en ligne, arriver à un terrain d’entente.

Un peu plus tôt, lors des débats, quelques députés demandaient au ministère de la Culture et de la Communication, l’instauration d’un statut de la situation de la presse en ligne.

La députée Sokhna Awa Mbodj réclame même la fermeture de certains journaux en ligne qui, selon elle, portent atteinte à la dignité des citoyens.

La députée de la majorité Sira Ndiaye relève quant à elle que l’exercice du métier de journaliste suscite de plus en plus d’inquiétudes. "Dans la presse en ligne, les injures prennent de l’ampleur. Je pense qu’il y a nécessité de recadrer cette catégorie de presse", a-t-elle déclaré.

(Source : APS, 2 décembre 2014)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)