twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La protection des données personnelles, un levier de développement social et économique qui fait office de gendarme pour protéger la population

mardi 8 mars 2022

Un forum sur l’identité numérique et la gouvernance des données s’est tenu ce 8 mars 2022 à Dakar, sous la houlette de la présidente des données personnelles du Ghana, Patricia Poku et Awa Ndiaye, présidente de la CDP. Une rencontre qui a regroupé beaucoup d’acteurs et experts venus de différents pays d’Afrique. L’objectif de ce forum est de comprendre les grandes problématiques de l’identité numérique et de la gouvernance de la donnée, afin d’anticiper la prise en charge des besoins de protections des données à caractère personnel au Sénégal en particulier et en Afrique en général.

Lors de son allocution, la présidente de la Commission de Protection des Données Personnelles (CDP), Awa Ndiaye, estime que la réglementation de l’identité numérique est, sans conteste, une question complexe, tant pour les États, qu’à l’échelle communautaire et internationale. En effet, explique-t-elle, la disparité entre les législations et le besoin d’interopérabilité des identités numériques, doivent être surmontés, afin de mettre en place un système transparent, inclusif, sécurisé et de confiance.

« La loi de protection personnelle prend en compte les problèmes de sécurité et de défense nationale pour le bien de la population. Et ces aspects sont pris en compte par la loi de 2008 qui porte sur la protection de données personnelles. La protection des données n’est pas là pour contraindre l’État dans sa protection régalienne », a-t-elle fait savoir.

Par ailleurs, la présidente de la CDP précise que la protection a été minimisée au Sénégal, mais cette situation ne va pas promouvoir l’économie numérique. « Si le Sénégal veut une bonne économie numérique afin de profiter de la nouvelle technologie, mais également une identité digitale afin de concourir dans le monde digital, nous avons l’obligation de donner nos données personnelles, mais ces dernières doivent être protégées. La protection des données doit encadrer l’utilisation de ces dernières », laisse-t-elle entendre.

Elle est revenue sur les données des citoyens remis à des étrangers qui peuvent en disposer comme bon leur semble. Ainsi, elle souligne par là toute l’importance de la commission des données qui joue son rôle de protecteur et de garant des données personnelles des citoyens alors que ces données sont devenues incontournables pour le développement socio-économique.

D’après elle, la CDP joue effectivement le rôle de gendarme pour la protection des données des citoyens. « La protection des données demande la sensibilisation des populations, des acteurs et des autorités pour que chacun sache son rôle au regard de l’évolution de la société en termes d’avancée technologique, de gouvernance digitale et numérique. C’est une affaire de toutes les parties prenantes, à savoir l’État, la société civile, le secteur privé », mentionne la présidente.

Cependant, Awa Ndiaye a saisi l’occasion pour indiquer que la gouvernance de la Donnée, également, s’impose comme une problématique incontournable. En effet, Internet est aujourd’hui un observatoire pertinent des différents usages à travers le monde. Ainsi, en terme d’accès au monde digital, on constate que plus du tiers de l’humanité n’a pas accès à Internet. Selon elle, le taux de pénétration est à ce titre encore très faible en Afrique qui pourtant, avec sa population particulièrement jeune, offre d’énormes potentialités à exploiter.

Poursuivant son argumentaire, elle ajoute que les nombreuses restrictions aux droits et libertés des citoyens, restrictions liées au numérique, renseignent sur l’usage des données à des fins de discrimination ou de surveillance incompatibles avec l’État de droit.

(Source : Dakar Actu, 8 mars 2022)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)