twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La protection de la confidentialité et des données personnelles est essentielle à l’économie numérique de l’Afrique, annonce l’Internet Society

mercredi 9 mai 2018

Aujourd’hui, à l’occasion du Sommet Africain de l’Internet se tenant à Dakar, au Sénégal, l’Internet Society et la Commission de l’Union Africaine ont dévoilé un ensemble de nouvelles lignes directrices qui soulignent la façon dont la protection de la confidentialité et l’utilisation responsable des données personnelles sont des facteurs critiques pour l’établissement d’une meilleure confiance envers les services en ligne, et dans le développement de l’économie numérique en Afrique.

Les lignes directrices pour la Protection des Données Personnelles en Afrique proposées aujourd’hui et développées par l’Internet Society, une organisation internationale à but non lucratif, qui encourage le développement ouvert, l’évolution et l’utilisation d’Internet, et la Commission de l’Union Africaine afin de faciliter la mise en œuvre de l’Accord de l’UA sur la Sécurité en ligne et la Protection des données (connu sous le nom Accord de Malabo”), signé en 2014.

Ces lignes directrices recommandent un éventail d’actions à effectuer sur le plan régional, national, organisationnel et individuel par les gouvernements, législateurs, citoyens et autres intervenants. Parmi les recommandations à l’encontre des gouvernements figure l’incitation à respecter et protéger les droits des particuliers et la confidentialité en ligne et hors ligne.

« De récents événements qui ont marqué l’International, ont démontré que l’absence de protection appropriée des données personnelles peuvent avoir un impact important, non seulement sur les individus concernés, mais également sur la société en général, au point de mettre en danger les systèmes démocratiques » annonce Dawit Bekele, Directeur du Bureau régional d’Afrique de l’Internet Society.

« Ces lignes directrices exposent le rôle plus actif que les personnes peuvent jouer dans la protection de leurs propres données, ainsi que le rôle que d’autres intervenants, y compris les gouvernements et législateurs, doivent jouer pour garantir l’utilisation correcte des données. »

Les deux principes clés des lignes directrices incitent tous les états membres de l’UA à : reconnaître la confidentialité comme la base de la confiance dans l’environnement numérique, et l’importance d’une utilisation durable et responsable des données personnelles dans l’économie numérique.

En outre, elles comprennent des recommandations pour les citoyens qui se soucient de la protection de leurs données personnelles et confidentialité, y compris :

- Utiliser l’Internet et d’autres sources pour être averti des risques et avantages de l’économie numérique ou des activités en ligne. Cela comprend la prise de conscience des accords qu’ils passent lorsqu’ils s’inscrivent à des services « gratuits » ou utilisent des plateformes de réseaux sociaux qui peuvent utiliser leurs données.

- Comprendre, exercer leurs droits et prendre action si nécessaire. Il existe un rôle connexe pour les gouvernements, celui d’encourager les particuliers à se prendre en charge, en s’assurant que les citoyens sachent comment exercer leurs droits en fonction des lois axées sur la confidentialité et la protection des données personnelles.

- Développer leur capacité à protéger leurs intérêts en ligne. Les autorités de contrôle et les gouvernements doivent agir pour s’assurer que les prestataires de service et les fournisseurs de produits ont un modèle commercial bien défini, pour que les consommateurs puissent prendre des décisions bien fondées sur les implications des produits et services en rapport avec la confidentialité.

« L’Accord de Malabo est le premier pas vers un cadre législatif national pour la sécurité en ligne et la protection des données en Afrique. Ces lignes directrices proposées aujourd’hui offrent un chemin à suivre pour les états membres qui ont signé l’Accord, et inspireront d’autres pays à nous rejoindre » annonce MoktarYedaly, Chef de la Division de la Société de l’Information, de la Commission de l’Union Africaine.

(Source : Dakar Actu, 9 mai 2018)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)