twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La président de la CDP relève la difficulté de mener les écoutes téléphoniques

mercredi 13 mai 2015

Les écoutes téléphoniques sont des pratiques difficiles à mettre en œuvre et le Sénégal n’a pas les ressources nécessaires pour les effectuer, a soutenu mercredi à Dakar le président de la Commission de protection des données personnelles (CDP), Mouhamadou Lô.

« Techniquement écouter quelqu’un c’est très difficile (…) à moins de faire comme certains grands pays qui ont mis sur pied un programme d’écoute. Ici, on n’as pas les ressources pour mettre sur écoute les Sénégalais. Il faut que les gens soient conscients de cela »’, a-t-il dit.

Mouhamadou Lô s’exprimait en conférence de presse axée sur l’organisation d’un Forum africain sur la Protection des données personnelles. Cette rencontre aura lieu mardi prochain au King Fahd Palace.

Les écoutes téléphoniques « sont des pratiques illégales », a souligné M. Lo.

« Il faut porter plainte mais il faut pouvoir apporter la preuve que vous êtes sur écoute, il faut qu’on fasse attention aux rumeurs car des gens parfois pour des dysfonctionnements sur leur téléphone pensent qu’ils sont écoutés », a-t-il indiqué.

Le président de la CDP a toutefois fait état d’un « vide juridique »’ concernant les enregistrements clandestins publiés notamment sur Internet.

« Il y a un vide juridique concernant les enregistrements clandestins car il n’y a pas de texte au Sénégal qui les cible de manière spécifique. La la loi sénégalaise sur les donnée personnelles n’en parle pas », a-t-il dit.

« La voix est une donnée à caractère personnel (…) le rôle de la CDP est de faire en sorte que l’enregistrement soit supprimé, si c’est un site sénégalais », a-t-il souligné.

Cette action se trouve plus compliquée quand il s’agit d’une publication sur les réseaux sociaux comme Facebook qui ne sont pas hébergés au Sénégal, a-t-il signalé.

Lorsque l’instruction de surpression de l’enregistrement sur un site n’est pas respectée, la CDP peut sanctionner le site incriminé.

« Ce seront des sanctions qui peuvent aller de 1 million à 100 millions de FCFA », a expliqué M. Lô.

« Mais nous avons aussi la possibilité de porter l’information au Procureur de la république pour des sanctions pénales contre les responsables concernés », a-t-il ajouté.

Il s’agira pour la CDP d’accompagner la personne ayant subi ce préjudice, comme pour les écoutes téléphoniques, et de faciliter sa démarche au niveau de la justice qui va mener une enquête cybercriminelle, a expliqué Mouhamadou Lô.

M. Lo a tenu à préciser qu’à ce jour la CDP n’a encore reçu aucun dossier concernant lés écoutes téléphonique ou encore les enregistrements clandestins.

La CDP est une autorité administrative indépendante instituée par la loi n° 2008-12 du 25 janvier 2008 portant sur la protection des données à caractère personnel.

(Source : APS, 13 mai 2015)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)