twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La montée dangereuse du social commerce

vendredi 18 octobre 2019

Si Afrimarket et Jumia ont pendant longtemps tenu le haut du pavé de l’e-commerce au Sénégal, des particuliers ont inventé d’autres modèles à travers les réseaux sociaux. Sur les profils, les pages et les groupes Facebook ou encore sur les statuts WhatsApp, un autre e-commerce pullule. C’est une sorte de B2B : un particulier propose de la marchandise sur sa page Facebook ou son statut WhatsApp à ses contacts sur les réseaux sociaux. C’est un modèle qui a l’avantage d’être direct et sans intermédiaire. Il s’agit du F- Commerce et du S-Commerce.

Ababacar Sadikh Ndiaye, consultant en transformation digitale, évoque le F-commerce ou Facebook commerce comme un « commerce qui se déroule via la plateforme Facebook grâce aux groupes, aux pages fan, aux applications ou encore via Messenger, pour ne citer que ces possibilités parmi tant d’autres offertes par ce réseau social, pour mettre en relation des vendeurs et des acheteurs ». Pour l’expert digital, le F-commerce est une sous partie du S-commerce qui signifie social commerce.

« Le social commerce correspond à l’activité commerciale de prospection de vente de négociation se passant sur les plateformes de social media », précise M. Ndiaye. Ces nouvelles formes d’e-commerce marchent beaucoup au Sénégal puisque les réseaux sociaux permettent une grande interaction entre marchands et cibles. A cela s’ajoute le fait que ce sont des plateformes qui permettent de collecter de la Data Client nécessaire pour comprendre les besoins et adresser une offre juste à temps. Si les Sénégalais se sont épris de ces nouvelles modes de consommation, ils craignent cependant les vides juridiques en cas de litige qui arrivent très souvent d’autant plus que vendeurs et acheteurs ne se font qu’une transaction virtuelle et dématérialisée.

« Il peut y avoir des décalages entre ce qu’on voit en image sur les statuts et ce qu’on te livre au moment de la réception de la marchandise. Il y a aussi beaucoup de litiges liés à la fiabilité de certains commerces et de l’authenticité de certains produits, mais comme toute activité du secteur commercial, il y a le code des obligations civiles et commerciales. Autrement, ces plateformes répondent au droit qui régit de manière globale un commerçant et un acheteur », insiste Ababacar Sadikh Ndiaye.

L’autre point concerne la quasi (presque) illégalité de certaines activités puisque les tenants ne s’acquittent généralement d’aucune charge fiscale.

Moussa Diop

(Source : Le Soleil, 18 octobre 2019)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)