twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La digitalisation, nécessité absolue pour les banques subsahariennes

mardi 6 juin 2017

12 % tout au plus : telle est la moyenne du taux de bancarisation en Afrique subsaharienne (ratio le plus faible de la planète).

A l’inverse, le « mobile money » cher aux opérateurs de téléphonie mobile, né en 2007 d’une initiative kenyane avec le compte M-Pesa de Safaricom, a séduit un nombre impressionnant de consommateurs africains en quelques années seulement (le volume actuel des transactions réalisées grâce à ce système de portefeuilles électroniques est estimé à 17 milliards de francs CFA par jour en Cote d’Ivoire…).

Comment expliquer ce différentiel de performance ?

Si le « mobile money » est basé principalement sur la digitalisation des opérations et de la relation clientèle, les banques, quant à elles, n’ont pas su « surfer » sur ce concept qui, pourtant, parait incontournable en Afrique subsaharienne pour un certain nombre de raisons objectives :

La jeunesse des consommateurs

En Afrique de l’Ouest comme en Afrique centrale, 64% des habitants ont moins de 25 ans. L’appétence et l’agilité intellectuelle d’une grande partie de la population locale, pour tout ce qui est lié aux nouvelles technologies, ne souffrent donc d’aucune contestation possible. Ainsi, l’utilisation des réseaux sociaux, de l’internet mobile, des smartphones et des tablettes fait de plus en plus partie, et pour leur plus grand plaisir, du quotidien des jeunes.

La dispersion géographique de la population

L’’urbanisation en Afrique subsaharienne se développe à une vitesse impressionnante (et quelquefois inquiétante quand elle est mal maitrisée). Avec une progression de 1% tous les deux ans, l’Afrique noire est la région de la planète ou ce phénomène progresse le plus vite. Néanmoins, une immense majorité de la population (60 % en moyenne) vit encore dans des zones rurales, quelquefois difficiles d’accès voir totalement enclavées, du fait d’infrastructures publiques souvent défectueuses (moins de 5% des routes sont asphaltées en RD Congo…). En conséquence, la communication à distance, et notamment via la téléphonie mobile, constitue encore, et de très loin, le moyen le plus sûr et le plus efficace de pénétrer efficacement cette typologie de clientèle.

Un niveau de vie de la population encore faible et qui nécessite une offre de services accessible en termes de prix

La tarification des banques commerciales semble encore trop élevée et, en tout état de cause, inadaptée au pouvoir d’achat des africains dont 40 à 45% vivent encore avec moins de 1,25 dollar par jour. Il est vrai que faire du « retail banking » en Afrique coute beaucoup plus cher et comporte, en règle générale, davantage de risques qu’en Europe. Ainsi, à titre d’exemple, des investissements importants et totalement indispensables dans le domaine de l’énergie (achat et maintenance de groupes électrogènes) ou de la sécurité (gardes armés et convoyeurs de fonds) génèrent un cout de gestion élevé en vue de l’entretien d’un vaste réseau d’agences sur l’ensemble du territoire national. Indiscutablement, les établissements financiers doivent trouver des solutions adaptées pour diminuer, de manière substantielle, leurs charges d’exploitation. Cela leur permettra de supprimer progressivement frais de tenue de compte, commissions exorbitantes sur les virements interbancaires ou prix prohibitifs relatifs à la mise à disposition de moyens de paiement, qui font obstacle à la vulgarisation de la banque commerciale en Afrique noire. La digitalisation, comme moyen de substitution aux guichets physiques, apparait comme étant la solution la plus pertinente pour atteindre rapidement cet objectif.

L’arrivée à maturité du marché africain de la téléphonie mobile

Avec une moyenne d’un téléphone portable pour cinquante habitants et un taux de pénétration inférieur à 5 %, l’Afrique pouvait légitimement passer, à la fin des années 90, pour le parent pauvre de la planète en termes de téléphonie mobile. Grâce, notamment, à une politique commerciale agressive menée par les opérateurs de télécommunication locaux, un milliard de puces actives ont été répertoriées, à date, sur le continent et le taux de pénétration du secteur peut, d’ores et déjà, être évalué, à plus de 80%…

La conclusion est sans appel : la digitalisation représente une absolue nécessité pour les banques subsahariennes, si elles veulent continuer à peser sur l’environnement local, participer à l’inclusion financière des populations et surtout poursuivre leur développement commercial, dans un contexte africain rythmé par l’arrivée régulière de nouvelles technologies et qui nécessite une adaptabilité sans faille.

Certaines banques du continent semblent commencer à prendre la pleine mesure des enjeux de ce phénomène. A ce sujet, l’un des principaux groupes bancaires d’Afrique noire vient de lancer, dans de nombreux pays, la commercialisation d’une application permettant, à partir d’un smartphone et avec un minimum de formalisme, d’ouvrir un compte courant, de consulter le solde en temps réel, d’effectuer des transferts d’argent ou de réaliser des paiements sécurisés chez les commerçants grâce à un système astucieux et ergonomique de « code barre »….simple réaction ponctuelle au « mobile money » ou début d’une véritable transformation de fond impactant durablement le secteur financier africain ? Seul l’avenir permettra de répondre à cette question ….

(Source : Financial Afrik, 6 juin 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)