twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La déprime des gérants de télécentres

lundi 15 janvier 2001

Les activités des télécentres occupent près de 17.000 Sénégalais. Elles ont généré en 2000 un chiffre d’affaires de 33 milliards Fcfa. Mais sur fond de cette importante contribution à l’économie nationale, les gérants connaissent une chute des revenus à cause notamment de l’explosion incontrôlée des télécentres. Au moment où les nouveaux services offerts intégrent, de plus en plus, les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (Ntic) comme Internet.

"L’Association des gérants de télécentres vous informe qu’après concertation, le prix de l’unité passe de 75 Fcfa à 100 Fcfa à partir de ce lundi 24 décembre ". Cette affiche a été apposée à l’entrée de plusieurs télécentres des HLM Grand-Yoff, une zone située dans la proche banlieue dakaroise. La mesure qu’elle institue n’est cependant restée en vigueur que pendant un peu plus d’une semaine. Elle est ensuite annulée. Peu de gérants de télécentres l’ont suivie. "Nous avions, à la suite d’une concertation, décidé d’augmenter les tarifs de communication de 25 francs. L’unité de communication qui était vendue à 75 Fcfa devait passer à 100 Fcfa. Mais je me rends compte que dans le quartier, beaucoup de gérants n’appliquent pas la décision . Ils sont revenus à l’ancienne tarification de 75 francs qui est conforme aux revenus des clients. Je les ai suivis ", explique une jeune gérante.

Le nombre d’abonnés au téléphone est important dans ces HLM Grand Grand-Yoff. A tel point qu’une demande d’abonnement de téléphone à domicile met souvent plus de 6 mois pour être satisfaite, parfois plus. La zone est jugée "saturée " par les agents de la Sonatel. La densité de télécentres privés y est tout aussi élevée. Aussi, la concurrence est-elle vive entre les gérants. Des gérants ont baissé la tarification jusqu’à 65 francs l’unité. En fait, dans le contrat signé avec la Sonatel, les gérants achètent l’unité de communication à 50 francs. En outre, ils paient une taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de 20%. Cela leur revient entre 60 et 65 francs cfa représentant ce qu’ils doivent verser à la Sonatel. Libres à eux d’appliquer la marge préférée.

Ainsi, en commercialisant à leur tour l’unité de communication vendue par la Sonatel, ils ont la possibilité de fixer un tarif allant jusqu’à 105 francs. C’est le prix maximum. Ils ne peuvent pas le dépasser. A l’expérience, les tarifs pratiqués dans les télécentres, c’est à la carte. Les difficultés des gérants de Grand-Yoff à s’entendre sur une tarification unique donnent une idée de la forte concurrence qui est de mise dans cette corporation. Celle-ci connaît, depuis quelques temps, une chute des revenus due à l’augmentation du nombre de cabines. Et depuis quelques mois, à l’arrivée sur le marché de nouveaux produits qui font déserter les cabines. Ainsi, à la vue d’une carte de téléphone prépayée "Nopalé ", Iba, un gérant affirme, interloqué : "Voilà l’une des raisons pour lesquelles nous avons des difficultés".

Introduits au Sénégal en 1993, les télécentres ont beaucoup contribué à élargir l’accès au téléphone. Selon les chiffres fournis par la Sonatel, les cabines téléphoniques privées représentent 12.600 lignes, soit 6% du parc de la Sonatel. Dans les villages les plus reculés du Sénégal, les télécentres font partie du décor classique. Même à Fongolimbi (732 km de Dakar environ, à l’Est du Sénégal ), l’un des villages sénégalais les plus célèbres par l’éloignement , on en trouve, sur la place du marché. Au Sénégal, on compte officiellement 7000 télécentres. Leurs gérants sont principalement répartis en deux organisations : Le Syndicat national des télécentres privés du Sénégal (Synts) présidé par Bassirou Cissé et l’Association pour la redynamisation des télécentres au Sénégal (ARTS) dirigée par Ansoumani Cissé. Pour ce dernier, il y a eu deux moments dans l’évolution des télécentres.

Une belle époque, celle du début, qui a vu les gérants gagner beaucoup d’argent. " Il y a ensuite eu une phase morose marquée par beaucoup de fermetures. Les gens ne parviennent pas à s’en sortir à cause des charges. Il y a beaucoup de gérants de télécentres qui sont en prison ou dont les biens ont été saisis. Ils ne sont pas parvenus honorer leurs factures. La Sonatel les a assignés en justice ". Évoquant ces charges, il cite : le loyer, l’aménagement des cabines, le bureau et les chaises, frais d’électricité, le taxa plus (compteur), la paie des gardiens et des employés dont le nombre est variable etc.

Selon le président de l’Association pour la redynamisation des télécentres (ARTS), Ansoumani Cissé, "pour ouvrir une cabine téléphonique d’une seule ligne, il faut au minimum 900 mille francs cfa". Selon notre interlocuteur, cette somme intègre la caution de 500 mille Fcfa déposée à la Sonatel si le gérant est dans une zone urbaine. En zone rurale, la somme est de 300 mille francs. A l’ouverture des premiers télécentres, cette caution n’était pas exigée par la Sonatel. Cette dernière l’a instituée après que nombre de gérants, nantis d’un chiffre d’affaires "consistant", se sont éclipsés. Il semble que beaucoup d’entre eux ont émigré en laissant des impayés à la Sonatel.

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)