twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La colonisation algorythmique de l’Afrique

samedi 29 août 2020

Nous vivons dans un monde où les entreprises technologiques détiennent un pouvoir et une influence sans précédent. Les solutions technologiques aux défis sociaux, politiques et économiques sont monnaie courante. Dans les pays du Sud, la technologie développée avec des perspectives, des valeurs et des intérêts occidentaux est importée avec peu de réglementation ou d’examen critique. Ce travail examine comment les monopoles technologiques occidentaux, avec leur désir de dominer, de contrôler et d’influencer le discours social, politique et culturel, partagent des caractéristiques communes avec le colonialisme traditionnel.

Cependant, alors que le colonialisme traditionnel est conduit par les forces politiques et gouvernementales, le colonialisme algorithmique est conduit par les agendas des entreprises. Alors que le premier utilisait la domination de la force brute, le colonialisme à l’ère de l’IA prend la forme d’« algorithmes de pointe » et de « solutions fondées sur l’IA » aux problèmes sociaux. Non seulement l’IA développée en Occident est impropre aux problèmes africains, mais l’invasion algorithmique de l’Occident appauvrit en même temps le développement de produits locaux tout en laissant le continent dépendant des logiciels et des infrastructures occidentaux. En tirant des exemples de diverses parties du continent, cet article illustre comment l’invasion de l’IA en Afrique fait écho à l’exploitation de l’époque coloniale. Cet article conclut ensuite en présentant une vision de l’IA ancrée dans les besoins et les intérêts des communautés locales.

L’intégralité de l’étude est disponible en version anglaise ici : https://script-ed.org/article/algor...

Abeba Birhane

(Source : CIO Mag, 29 août 2020)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)