twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La bonne mauvaise idée des réseaux sociaux made in Galsen

lundi 16 juillet 2012

Un net qui nous ressemble de plus en plus et qui correspond à notre réalité est le rêve de tout bon panafricain qui se respecte. C’est ainsi que nous avons découvert deux réseaux sociaux typiquement made in Sénégal diousy.com et walabook.com. Faits plutôt intéressants et encourageants au premier coup d’oeil. Mais à mieux y penser, pourquoi le déclic ou le buzz n’a t-il pas (encore ?) eu lieu ? Il aurait été tout à fait normal de se ruer vers “nos” réseaux sociaux et c’est à ce moment qu’il convient de se questionner, de comparer et d’essayer de comprendre. (ready ?)

La langue française part déjà comme un désavantage important et certain quand Facebook gagne plus de terrain chaque jour en traduisant son contenu (vous l’avez aussi remarqué non ?!). Les seuls pays que le géant a du mal à envahir sont à l’image du Japon ou de la Chine, c’est à dire qu’ils possèdent leurs propres réseaux sociaux en langues locales bien sûr (coup de génie, coup de hasard ? pas si sûr) ! D’ailleurs rien que pour le Japon, les chiffres sont clairs. Quand Facebook peine à dépasser les 3 millions d’utilisateurs, les réseaux locaux tels que Mixi, Gree et Mobage comptabilisent 20 millions d’utilisateurs chacun.

Peut être que les concepteurs de diousy et walabook c’étaient dit que le seul fait d’évoquer un réseau sénégalais suffirait, alors pourquoi ne pas avoir pensé à un réseau en wolof ? L’idée aurait été simple pourtant puisqu’il s’agit quand même de … la langue la plus parlée au Sénégal. Loin de nous l’idée de laisser entendre que nous n’apprécions pas l’initiative (vraiment très loin), nous aimons ces idées mais pensons qu’elles auraient plus à gagner si elles étaient retranscrites en langues locales.

(Source : Afrique ITNews, 16 juillet 2012)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)