twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La blockchain pour garantir la propriété des diplômes scolaires

lundi 19 mars 2018

Au delà de ses applications dans le domaine des crypto-monnaies, la blockchain pourrait aussi sécuriser de nombreux secteurs et se montrer très utile pour prouver la propriété d’un diplôme.

Le diplôme scolaire ou universitaire est souvent perçu comme un passeport pour l’emploi. Un indispensable demandé par les employeurs qui atteste de la réussite d’un parcours et dans une plus large mesure, l’acquisition de compétences nécessaires à une future prise de poste. En France, un seul original est disponible et il n’existe que peu de recours en cas de perte ou de vol. Aussi, dans une optique de sécurisation et d’optimisation des processus administratifs, et pour lutter aussi contre le phénomène des faux diplômes, le prestigieux Massachusetts Institute of Technology a eu l’idée de mobiliser la technologie blockchain afin de garantir la propriété des diplômes et sécuriser leurs partages. Pour ce faire, l’école a testé sur 11 élèves de la présente promotion l’application Blockcerts Wallet, développée en machine learning. Cette application se veut une plateforme d’accès - facile d’utilisation - à une version rendue vérifiable et infalsifiable par la blockchain, de leurs diplômes. Ils sont ainsi libres de les envoyer en toute sécurité à leurs futurs employeurs ou toute autre organisation, et ce sans dépendre de l’institution d’origine. Plus encore, il lui survit. Et quant à l’authentification de l’auteur et de la validité du diplôme, Blockcerts Wallet permet à quiconque de vérifier la légitimité du diplôme en accédant directement à un portail web permettant de télécharger le fichier numérique pour recevoir la confirmation instantanée de l’identité de son propriétaire.

Théo Roux

(Source : Atelier BNP Paribas, 19 mars 2018)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)