twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La Smart Africa Alliance propose aux Africains une réponse coordonnée de solutions numériques pour faire face au Covid-19

jeudi 26 mars 2020

La Smart Africa Alliance propose une réponse coordonnée à l’échelle du continent contre la pandémie de coronavirus (COVID-19) en Afrique. Cette réponse vise à rassembler les 30 États membres de la Smart Africa Alliance et les 40 membres du secteur privé de l’Alliance pour coordonner les efforts visant à endiguer la pandémie en Afrique, informe l’Alliance dans communiqué officiel publié ce mercredi 26 mars 2020.

Afin de faire face à cette crise sans précédent, par son ampleur et son impact sur la société, le Secrétariat Smart Africa cherche à soutenir les projets de services de santé numériques qui visent à améliorer et accélérer la réponse des gouvernements africains aux défis de la pandémie de coronavirus (COVID-19), précise le communiqué.

Les projets dans le cadre de l’initiative visent à aider les pays africains à :

  • Évaluer les risques individuels et guider la prise de décision ;
  • Aider les populations africaines à trouver des sites de test à proximité ;
  • Fournir des mises à jour et des alertes fiables des autorités de santé publique ;
  • Fournir des rapports sur le statut de la communauté ;
  • Suivre et signaler les transmissions.

De plus, pour garantir que les efforts sont adaptés au contexte africain, les paramètres technologiques critiques sont considérés comme ci-dessous :

  • Une solution disponible via le Web, les applications (iOS, Android, Windows), SMS, USSD et autres plateformes de messagerie ;
  • Collecte de données à partir de divers points tels que les smartphones individuels ou les terminaux dans les établissements publics (par exemple, tester les terminaux aux contrôles aux frontières, tester les terminaux par les autorités médicales, etc.) ;
  • Un tableau de bord de rapport accessible à l’administrateur avec des données spécifiques – des droits spécifiques en fonction du statut de l’administrateur (par exemple, autorités publiques, autorités médicales) sera établi ;
  • Les données anonymes (aucune information personnelle, y compris le nom, l’ID, l’adresse enregistrée sur le système) générées par l’utilisation de la solution peuvent être publiées en temps réel via une base de données accessible avec une API et une interface cartographique sur un site Web public à surveiller par les autorités de santé publique ;
  • Contenu informatif fiable disponible dans les langues locales dans divers formats (écrit – vocal avec la technologie de reconnaissance vocale interactive) – par ex. pratiques de prévention, pratiques d’isolement, établissements de santé les plus proches, soutien individuel supplémentaire, etc . ;
  • Évaluation et orientation de la conformité à l’Organisation mondiale de la santé (« OMS »), aux directives nationales et locales de santé publique et incluent les expositions, les symptômes de la maladie et l’état de santé sous-jacent

« Il existe de nombreuses interventions internationales contre la pandémie de coronavirus, mais jusqu’à présent, très peu sont pertinentes pour le contexte africain immédiat. Nous apportons une réponse africaine crédible et coordonnée basée sur la technologie qui doit aller au-delà de nos 30 pays membres à l’ensemble du continent africain. L’objectif est de sauver des vies et nous devons tous faire notre part », a déclaré M. Lacina Koné, directeur général de Smart Africa.

La réponse sera initiée par un appel à propositions qui impliquera de nombreuses parties prenantes à travers l’Afrique. Une fois lancée, la réponse des gouvernements à la pandémie devrait être coordonnée, efficace et sauver des vies.

Smart Africa est un engagement audacieux et innovant des chefs d’État et de gouvernement africains visant à accélérer le développement socio-économique durable sur le continent, faisant entrer l’Afrique dans une économie du savoir grâce à un accès abordable au large bande et à l’utilisation des technologies de l’information et des communications. La Smart Africa Alliance comprend 30 pays africains qui représentent plus de 750 millions de personnes.

Gaëlle Massang

(Source : Digital Business Africa, 26 mars 2020)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 323 60 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,85%)
    • 2G : 25,24%
    • 3G : 45,18%
    • 4G : 29,58%
  • 171 230 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 133 954 clés et box Internet (0,94%)
  • 2 333 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,21%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 761

- Taux de pénétration des services Internet : 88,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 223 406 abonnés
- 182 809 résidentiels (81,83%)
- 40 597 professionnels (18,17%)
- Taux de pénétration : 1,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 18 630 276 abonnés
- Taux de pénétration : 114,94%

(ARTP, 30 septembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)