twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La Senelec engage le chantier de la digitalisation

samedi 24 mars 2018

En paraphant des accords de partenariat avec les sociétés françaises d’électricité, Enedis/Think Smart Grids et Edf, la Société nationale d’électricité du Sénégal (Senelec) a affirmé, hier, ses ambitions en matière de digitalisation de ses services et modernisation de ses installations.

La Société nationale d’électricité du Sénégal (Senelec) sera au rendez-vous de la révolution numérique. Au cours de la signature d’un accord de partenariat avec les sociétés françaises d’électricité Enedis et Edf, le Directeur général de la Senelec a affiché l’ambition de doter l’entreprise d’un réseau intelligent qui lui permettra de détecter, en temps réel, des anomalies et de réagir, afin que les clients ne connaissent pas de perturbations. ‘’La révolution numérique ne va pas remplacer la révolution industrielle, mais va l’accompagner et dans cette révolution du numérique, nous sommes déjà dans une phase de digitalisation avec tous ces objets connectés et interconnectés. On ne peut pas ne pas tenir compte de tout cela dans notre environnement pour faire évoluer le secteur de l’énergie’’, a déclaré le Dg Mouhamadou Makhtar Cissé.

Pour gagner ce pari de la digitalisation, il a fait présenter à ses partenaires techniques et financiers la société anonyme de droit sénégalais, Akilee, qui est une filiale de la Senelec ayant démarré ses activités le 23 août 2017. Dans cette société où la Senelec détient 34% des actions, l’articulation intelligente des technologies digitales, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables demeurent sa mission. Elle ambitionne le développement des nouvelles technologies et des solutions énergétiques alternatives (autoproduction et efficacité énergétique) dans un contexte d’accroissement des attentes des clients.

Par ailleurs, la société préconise une gestion intelligente des réseaux grâce à la supervision des compteurs, l’amélioration de la maîtrise des dépenses grâce au développement de la domotique et des objets connectés. Mais aussi la modernisation de la relation opérateur/client à travers la numérisation et la dématérialisation des procédures (facture, push sms ou mail, paiement en ligne ou via mobile). ‘’La clientèle est une obsession chez nous. Nous voulons la même qualité de services pour nos clients pour ceux d’Enedis, en termes de disponibilité et de coût. Pour cela, nous sommes prêts à nouer tous les partenariats féconds qui nous permettront d’atteindre cet objectif. D’un parc totalement thermique, il y a 5 ans, la Senelec est passé à un mix énergétique qui accorde une place de 20% à l’énergie renouvelable, de nos jours, à travers les centrales solaires inaugurées. Cette nouvelle donne implique de nouvelles dispositions en termes de résilience des ressources’’, explique le directeur général de la Senelec.

Revenant sur la nature des accords, il précise : ‘’Les accords que nous venons de signer ne sont pas des accords commerciaux. Ce sont des accords de partenariat pour les échanges d’expérience et de savoir-faire. En termes d’expérience, ils sont en avance sur nous. Mais eux aussi apprendront nos difficultés pour eux-mêmes avancer.’’ Dans le même sillage, le président du Directoire d’Enedis, Philippe Monloubou, ajoute qu’il s’agit d’un ‘’accord technique, générateur de valeur, mais également d’avenir qu’il qualifie de ‘’stratégique’’ en ce sens qu’il engage le Sénégal et ses partenaires dans la transition énergétique’’. Pour l’atteinte de ces objectifs, le président de l’Association française des réseaux électriques intelligents dit compter sur les capacités managériales des responsables des deux entreprises.

‘’Le directeur de la Senelec et moi sommes bien compris sur les enjeux et la place que les infrastructures de réseaux électriques tiennent dans la transformation de nos sociétés autour des enjeux climatiques. L’Accord de Paris engage tous les pays à intégrer massivement des énergies renouvelables dans la production et distribution de l’énergie. Pour cela, il faut que les infrastructures suivent les évolutions technologiques qui rendent les clients de plus en plus exigeants. La modernisation des infrastructures de la Senelec, c’est aussi pour attirer des investisseurs dans des temps très courts, d’où l’importance de la coopération avec Enedis et la Senelec’’, a ajouté M. Mounloubou. Avant que la directrice du Pôle international d’Enedis et directrice générale d’EDF IN ne renseigne que ces accords portent essentiellement sur les axes d’amélioration de la performance du réseau d’électricité, de la relation client, le transfert véritable de savoir-faire, le partage d’expérience et la formation.

Mamadou Yaya Baldé

(Source : Enquête, 24 juin 2018)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)