twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La SONATEL à ses accusateurs :"Attendez l’expiration du monopole prévue en 2004 "

lundi 21 août 2000

Le directeur des réseaux de la société, Samba Sène, résume ainsi les critiques qui leur sont faites : les fournisseurs d’accès veulent le terme du monopole. Or, l’échéance fixée par les autorités est l’année 2004. Il faut qu’ils attendent cette date. "Notre intérêt n’est pas d’ouvrir le monopole conféré par notre cahier de charges. L’Etat nous confère un avantage sur la durée", affirme Samba Sène.

Pour confondre les accusateurs de la Sonatel, Samba Sène, sans citer de nom, a avancé l’exemple de la vente de la voix sur Internet Protocole (Ip) par de nombreux fournisseurs. Il s’agit de la téléphonie sur Internet qui est de plus en plus utilisée au Sénégal par des particuliers mais aussi pour des services destinés à la vente selon la Sonatel. " La vente sur IP est illégale et pourtant il y a des gens qui le font. Notre atout est la réalité de ce que nous faisons. On ne cherche pas à faire de la concurrence déloyale. La Sonatel est une société qui respecte la légalité. Tout le monde ne peut pas en dire autant", estime le responsable de la Sonatel.

Pour montrer les efforts faits par sa société en vue de développer Internet au Sénégal, la Société de télécommunications estime qu’elle a investi depuis quatre ans près de 3 milliards F Cfa à cet effet. Ces dépenses sont inclues dans les sommes dégagées annuellement pour améliorer la qualité des infrastructures de télécommunications. Elles se chiffrent à 50 milliards de FCfa par an, selon les chiffres fournis. Pour ce qui est des critiques relatives à une négligence d’Internet par la Sonatel, Samba Sène répond : " Stratégiquement, il n’y a aucune entité dans le monde qui fait des activités de télécommunications et qui ne s’intéresse pas à Internet. Le faire, c’est accepter de mourir à terme. On peut s’intéresser à Internet de plusieurs manières. Il y en a qui l’ont filialisé tandis que d’autres le font en structure interne. Ce serait grave qu’on ne s’intéressât pas à Internet".

Malick Rokhy BA

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)