twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La RDC tend vers la création d’une structure nationale de lutte contre la cybercriminalité

mercredi 19 septembre 2018

Le gouvernement congolais, en partenariat avec l’Union internationale des Télécommunications (UIT) « organise, du 18 au 21 septembre à Kinshasa, un atelier d’évaluation de la disponibilité de la RDC à mettre en place un Centre de gestion des incidents de cyber sécurité(CERT).

Le ministre des Postes et Télécommunications et Nouvelles technologies de l’information et de la communication (PTN-TIC), Emery Okundji a, à cette occasion, mis l’accent sur la création du CERT, une structure nationale de lutte contre la cybercriminalité. « Nous avons mis en place une stratégie nationale ainsi que la feuille de route pour la mise en œuvre effective et le fonctionnement réel du CERT/ROC =. a-t-il déclaré. Avant de rassurer : Sous peu, la Rdc procedera à la ratification de la convention de l’Union africaine sur la cybercriminalité, convention dite de Malabo ».

« Assurer la confiance et la sécurité dans l’usage des TIC »

Pour l’Union internationale des télécommunications, « le développement des télécommunications et TIC est une impérieuse nécessité de faire arrêter ici, un véritable levier de développement économique et social à travers la promotion d’économie numérique. Et d’autre part, la cyber sécurité doit être de mise pour assurer la confiance et la sécurité dans l’usage des TIC pour donner la viabilité à cette économie numérique ».

Dans le cadre de l’Assemblée mondiale de la normalisation des Télécommunications qui s’est tenue à Dubaï, du 20 au 29 novembre 2012, la résolution 58 de l’Union internationale des télécommunications (UIT) avait « encouragé la création d’équipes nationales d’intervention en cas d’incident informatique ». Plusieurs autres instruments sous régionaux notamment, la déclaration de Yaoundé du premier forum régional sur la cyber sécurité et la lutte contre la cybercriminalité et le cyber terrorisme, tenu du 24 au 27 février 2015 « ont réconforté la position de la RDC à rendre conscience de cet en eu de taille à caractère transfrontalier à savoir, cyber sécurité.

Pour ce faire, le gouvernement congolais a pris certaines dispositions sur le plan institutionnel. A savoir, la division politique et les objectifs de la création du CERT/RDC sont clairement définis. Raison pour laquelle, un projet de décret portant création de cette structure nationale de lutte contre toute forme de criminalité dans le cyber espace est, à l’initiative du ministère des PTN-TIC, soumis aux discussions en vue de son adoption en Conseil des ministres.

Par ailleurs, s’agissant de l’arsenal juridique sur la cyber législation en RDC, Il y a lieu de noter que le projet de loi relatif aux télécommunications et technologies de l’information et de la communication est en discussion au Parlement. Ce projet de loi prévoit des sanctions y afférentes. Ces dispositions sous cette rubrique visent la protection des réseaux de TIC et des données ainsi que la vie privée des utilisateurs, en cas d’attaque. Il y a un autre projet qui est en examen au Parlement. Il porte, notamment sur les échanges et le commerce électroniques.

Le Potentiel

(Source : Digital Congo, 19 septembre 2018)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)