twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La Justice avait béni les vérités de Thierno Ousmane Sy

mercredi 27 février 2013

Le 14 septembre 2010 l’affaire des 20 milliards FCfa de la Sudatel était jugée devant le Tribunal correctionnel de Dakar. Accusé par le journaliste Latif Coulibaly d’avoir détourné les 20 milliards FCfa, Thierno Ousmane Sy avait traîné celui-ci en justice pour laver son honneur. Un procès qui avait mobilisé toute la République. Et ceci ressemblait plus à un combat politique entre le régime de Me Abdoulaye Wade et l’opposition d’alors. Le contexte l’exigeait puisqu’on était à moins de deux ans de l’élection présidentielle (février 2012). Ainsi, l’opposition s’était rangée derrière le journaliste, devenu aujourd’hui ministre de la Bonne gouvernance et porte-parole du gouvernement.

Après le délibéré de cette affaire, la Justice avait donné raison à Thierno Ousmane Sy. Celui-ci, exposant sa parfaite maîtrise des Tics, expliquait qu’il n’y avait jamais eu de commission dans cette affaire de la vente de la troisième licence de téléphonie à Sudatel. L’ancien conseiller de Me Wade en Tic affirmait mordicus, qu’il a été sciemment attaqué. Puisque, tout le monde, disait-il, savait qu’il n’a pas de commission. Pour lui, il est impertinent de parler de commissions. Pour Thierno Ousmane Sy, La Gazette qui avait publié cette information avait agi en toute mauvaise foi. Thierno Ousmane Sy avait même conseillé à Latif et ses reporters de vérifier leurs informations avant de les servir au peuple sénégalais. Abdou Latif Coulibaly, se défendant, avait affirmé que lui et ses deux reporters, Aliou Niane et Alioune Badara Coulibaly, n’avaient jamais affirmé que l’ancien conseiller en Tic de l’ex-chef de l’Etat avait bénéficié des 20 milliards FCfa de commissions, versés après la vente de la troisième licence de téléphonie. Abdou Latif Coulibaly racontait que les écrits publiés sur cette affaire étaient le fruit d’une investigation après la valse sur le prix de vente de la troisième licence de téléphonie à Sudatel par le Sénégal. L’enquête menée, soutenait Latif, avait fait découvrir qu’une somme de 20 milliards FCfa a été versée comme commissions. Pour le journaliste devenu ministre, cette enquête n’était rien d’autre que le résultat d’un doute professionnel raisonnable.

Mais, les déclarations de Thierno Ousmane Sy avaient pesé plus lourd sur la balance de la Justice. Ainsi, raison lui a été donnée. Ce qui a conduit à une condamnation de Latif Coulibaly à un mois assorti de sursis et à payer 20 millions au plaignant. Aujourd’hui, cette vérité semble dépassée.

M N Ndoye

(Source : L’Observateur, 27 février 2013)

Post-Scriptum

Quand le Procureur Ousmane Diagne exigeait des justifications de Thierno O. Sy

Dans la traque des biens mal acquis, Thierno Ousmane Sy n’a jamais été épargné. Il a été même placé au cœur des dignitaires de l’ancien régime à devoir justifier ses avoirs. Ceci passait par la justification de ses sociétés et comptes bancaires. Ainsi, le procureur de la République Ousmane Diagne avait saisi l’ancien conseiller en Tic de Me Abdoulaye Wade le 11 décembre 2012 d’une lettre aux fins de justification de ses sociétés et comptes. Après réception de cette correspondance, Thierno Ousmane Sy n’avait plus que 14 jours pour justifier le contrat de distribution et de paiement de royalties de propriété intellectuelle résultant de Périkles qu’il déclare avoir signé avec la société Platinium Service. Ousmane Diagne sommait aussi Thierno Ousmane Sy de donner les références des comptes dans lesquels les dividendes générées par les sociétés Diastone, Viking, Roya, Pro athlétics et Senecam. Aussi, le fils de Cheikh Tidiane Sy devait-il fournir les références de son compte ouvert à la Banque Bbt, mais aussi les coordonnées de son comptable, Dr Shyrda Howard. Enfin, le montant des retombées financières dont Thierno Ousmane Sy déclarait avoir bénéficié depuis la création de Periklès devrait en même temps être communiqué au chef de la police judiciaire.

M. N. Ndoye

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)