twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La Guinée lance la construction de son tout premier centre de données national

jeudi 17 septembre 2020

La Guinée fait un pas de plus vers sa souveraineté numérique à travers la construction de son tout premier centre de données national. Le chantier qui a démarré le 16 septembre durera 8 mois. L’infrastructure technologique contribuera à la sécurisation d’un ensemble d’informations publiques et privées.

Le Premier ministre de la Guinée, Ibrahima Kassory Fofana, a procédé le 16 septembre 2020 au lancement des travaux de construction du tout premier centre de données national du pays. L’infrastructure qui stockera, protègera et assurera l’accès rapide aux informations sera déployée sur une superficie de 800 m² sur le plateau de Koloma. La construction durera 8 mois.

Le Premier ministre a indiqué « qu’avec l’atterrissage du câble sous-marin qui relie, depuis 2012, la Guinée au monde entier, la construction sur le territoire national d’un centre de données complétera notre architecture pour entrer de plain-pied dans la 4e révolution industrielle. Sa mise en service aura assurément un impact positif sur les différents acteurs de la vie économique du pays ».

Selon le chef du gouvernement, cette infrastructure contribuera à terme à « la modernisation de notre administration à travers une solution de cyber-administration comprenant l’archivage des données ; la garantie de transactions sécurisées et fiables pour le secteur privé, notamment les payements mobiles, le commerce électronique, la gestion des réservations et autres transactions clients ; la préservation accrue de la vie privée des particuliers et des citoyens par une protection plus efficace des données à caractère personnel ».

Pour Oumar Saïd Koulibaly, le ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, le centre de données « que nous construisons est une infrastructure physique qui unira sécurité et performance et servira à organiser, traiter, stocker et entreposer de façon optimale et sécurisée les importants et complexes flux de données informatiques de l’administration publique, des professionnels et des individus, en offrant un haut niveau de qualité de service. Ceci marquera la première condition de notre protection et notre souveraineté numérique ».

(Source : Agence Ecofin, 17 septembre 2020)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)