twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La Gambie sollicite l’expertise du Ghana pour développer son secteur des télécoms

vendredi 17 septembre 2021

Longtemps parmi les mauvais élèves du continent pour la mauvaise préparation de son secteur des télécommunications, la Gambie veut tout changer. Le pays a décidé d’apprendre des autres pour tirer davantage profit des opportunités financières qu’offrent les TIC, Télécoms.

Une délégation du ministère gambien de l’Information et des Infrastructures de communication a séjourné au Ghana, à Accra, la semaine dernière. Elle est venue apprendre de l’expérience du pays hôte dans la gestion et le développement du secteur des télécommunications.

Selon Ebrima Sillah, le ministre gambien de l’Information et des Infrastructures de communication, chef de la délégation gambienne, « cette visite leur permettra de renforcer l’écosystème de l’innovation en Gambie, à travers l’adoption et la mise en œuvre des politiques et stratégies favorables à l’innovation, de promouvoir et de favoriser l’entrepreneuriat numérique en Gambie par le biais d’entreprises d’innovation dirigées par le gouvernement, d’améliorer l’environnement politique et réglementaire des TIC et d’assurer une utilisation accrue de l’infrastructure TIC et un meilleur accès aux services TIC ».

Dans l’ensemble des rapports d’organisations internationales, notamment l’Union internationale des télécommunications (UIT), la Gambie figure parmi les nations du continent avec un mauvais niveau de développement de l’environnement télécoms. Dans le Network Readiness Index 2020, Portulans Institute et Sterlite Technologies Limited classe le pays à la 21e place africaine pour sa maturité technologique, l’accès de sa population aux services télécoms, sa réglementation et la contribution du secteur télécoms dans l’économie. Sa moyenne est de 29,40 sur 100. Le Ghana occupe le 9e rang africain.

Avec un secteur télécoms mieux préparé, le ministère des Télécoms gambien pense que le pays pourra davantage bénéficier de plusieurs effets leviers pour son économie. Dans son rapport 2019 « Economic contribution of broadband, digitization and ICT regulation Econometric modelling for Africa », l’UIT estimait qu’un accroissement du taux de pénétration du haut débit mobile de 10% a le potentiel de faire croître le produit intérieur brut (PIB) de 2,5% ; une amélioration de la réglementation peut induire une croissance de 0,68% dans la numérisation ; un accroissement de la numérisation de 10% peut susciter une croissance de 1,9% du PIB.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 17 septembre 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)