twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La France veut rapatrier 10.000 emplois des centres d’appels dans les télécoms

mercredi 18 juillet 2012

Le gouvernement français souhaite le rapatriement d’une partie des centres d’appels des opérateurs télécoms, délocalisé en Tunisie, au Maroc et au Sénégal, une mesure qui coûterait 20 centimes par mois aux abonnés pour 10.000 emplois relocalisés, selon le ministre du Redressement productif. "Pour 10.000 emplois relocalisés sur le territoire, cela coûterait en moyenne par forfait et par mois une vingtaine de centimes de plus pour les consommateurs", a affirmé mercredi le ministre Arnaud Montebourg au micro de France Inter.

"Donc est-ce que les consommateurs sont prêts à accepter une légère hausse de prix en contrepartie de la relocalisation d’emplois qui sont en train d’être détruits ? Cette question mérite d’être posée au plan national", a-t-il estimé.

M. Montebourg et la ministre déléguée à l’Economie numérique Fleur Pellerin ont reçu mardi les dirigeants d’Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free.

Ils leur ont notamment demandé s’ils pouvaient rapatrier en France une partie de leurs centres d’appel, délocalisés au Maghreb et au Sénégal pour des raisons de coûts, et qui emploient des milliers de personnes localement.

Mme Pellerin a également indiqué que le gouvernement présenterait à la rentrée des mesures destinées à "éviter la casse sociale" dans le secteur.

Début juillet, SFR et Bouygues Telecom ont annoncé des plans de départs volontaires destinés à "sauvegarder leur compétitivité" face à l’arrivée en janvier de Free Mobile qui a bousculé le marché de la téléphonie mobile avec des tarifs très compétitifs.

Les télécoms sont "un secteur performant (...) Il est inacceptable que dans un secteur sans concurrence internationale, on se retrouve avec des destructions d’emplois", a souligné M. Montebourg mercredi.

A l’issue de la réunion, les opérateurs ont salué une réunion "fructueuse" et "constructive" et se sont dit prêts à faire des efforts si on leur donne les moyens économiques.

Sophie Lapy

(Source : 7sur7, 18 juillet 2012)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)