twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La Centrafrique convainc progressivement la BEAC à s’ouvrir à la cryptomonnaie

mardi 26 juillet 2022

Au cours des quatre derniers mois, le pays a réalisé des avancées dans l’environnement réglementaire indispensable au lancement de sa cryptomonnaie, le Sango coin. Malgré des critiques de quelques États d’Afrique centrale, la Centrafrique poursuit son ambition économique.

La République centrafricaine réussit progressivement à faire accepter les cryptoactifs à la Banque des États d’Afrique centrale (BEAC). Au terme de sa session extraordinaire tenue à Douala au Cameroun le jeudi 21 juillet, le Comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (Umac) a invité la Banque centrale à accélérer le processus d’élaboration d’un cadre normatif régissant les cryptoactifs dans la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

Dans un communiqué signé par Hervé Ndoba, le président du Comité ministériel, par ailleurs ministre centrafricain des Finances et du Budget, il a aussi été demandé à la BEAC de « poursuivre les actions en faveur de l’inclusion financière et de la modernisation des infrastructures de paiement ».

Les recommandations du Comité ministériel à la Banque centrale font suite à l’inquiétude qu’a suscitée la Centrafrique au sein des autres États de la CEMAC lorsqu’elle a unilatéralement fait le choix du Bitcoin comme monnaie de référence en avril dernier, après l’adoption d’un cadre réglementaire pour les cryptomonnaies.

Si le président de la République centrafricaine, Faustin-Archange Touadera, s’était réjoui de cette évolution qu’il avait présentée comme un pas décisif de son pays vers de nouvelles opportunités, la BEAC avait brandi l’incompatibilité des cryptomonnaies avec les accords et conventions régissant l’Union monétaire de l’Afrique centrale et les statuts de la banque.

Lundi 4 juillet, la Centrafrique a d’ailleurs poursuivi ses plans en lançant officiellement sa cryptomonnaie dénommée Sango coin. Les perspectives réglementaires autour des cryptoactifs qui se dégagent de la rencontre de Douala sont le fruit du rapprochement du gouvernement centrafricain de la BEAC et d’institutions internationales, notamment le Fonds monétaire international et la Banque mondiale.

Muriel Edjo

(Source : WeAreTechAfrica, 26 juillet 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)