twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La BCEAO mène des réflexions sur une possible émission de monnaie digitale

jeudi 1er avril 2021

Des défis récents dans le système financier international ont amené les banques centrales à envisager des émissions de monnaies digitales. La Zone UEMOA n’échappe pas à cette tendance. En zone CFA, les enjeux sont plus importants encore et touchent à la souveraineté monétaire.

La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest mène des réflexions sur plusieurs thèmes en rapport à la digitalisation, dont celle d’une émission de monnaie digitale. « Cette question est sur toutes les tables des banques centrales, à la BCEAO nous en sommes à des réflexions préliminaires sur cette question », a fait savoir Gisèle Keny Ndoye, la directrice de l’inclusion financière au sein de cette institution, répondant à une question de l’Agence Ecofin, lors de la première édition du Forum Africain de la Presse Economique et Financière, qui s’est achevé le 26 mars dernier à Abidjan.

Selon Mme Ndoye, la BCEAO veut se donner le temps de faire des recherches sur cette nouvelle donne dans le système financier international et voire comment on peut l’adapter dans le cadre de la sous-région UEMOA. Les raisons de lancer une monnaie digitale en Afrique de l’ouest, tout comme dans de nombreux pays africains, sont nombreuses.

D’une certaine façon, les conditions d’un lancement réussi d’une monnaie digitale sont déjà réunies dans la sous-région. Selon des données de la Banque centrale de cette sous-région, le taux d’accès des populations à la monnaie électronique, émises à travers les opérateurs de téléphonie mobile notamment, est passé de 11,1% en 2014, à 39,6% à la fin 2019. Ce seuil était déjà en avance sur le taux cible qui était de 37,7% pour la fin de l’année 2020.

Aussi, à la fin juin 2020, 98 millions de transactions ont été opérées sur la monnaie électronique, pour une valeur globale de 1619,4 milliards de francs CFA. Manipuler des unités monétaires sur son téléphone portable et le système de support qui va avec, est une réalité qui se renforce dans la zone UEMOA et cela constitue des préalables positifs pour l’émission de monnaie digitale.

Mais pour y parvenir, il y a tout un processus. Si des pays comme la Chine, ou encore la Suède, sont en phase de test de leur monnaie digitale émise par les banques centrales, le projet est encore en réflexion aux Etats-Unis et même en France. Selon des informations de l’Agence Ecofin, des banques comme la nigériane United Bank for Africa, seraient favorables à cette option, et encouragent les autorités monétaires dans ce sens, en Afrique centrale ou de l’est.

De même, la monnaie digitale viendrait résoudre un phénomène bien connu dans la zone UEMOA et en zone CEMAC sous le prisme de l’exclusion monétaire. Des experts ont fait remarquer que, lorsqu’un usager entre dans une banque, il effectue souvent ses retraits, dans des coupures qui vont de 5000 Francs CFA à 10 000 Francs CFA. Cela ne facilite pas toujours les achats auprès de petits vendeurs, qui n’ont pas le change pour des achats à 200 Francs ou à 500 Francs. Avec la monnaie digitale ce problème serait évacué, et davantage de petits travailleurs entreront dans le circuit financier.

Enfin, l’émission d’une monnaie digitale serait un pas de plus vers la souveraineté monétaire qui est demandée par une partie des opinions publiques de l’UEMOA, car la sous-région n’aurait plus besoin de produire ses insignes monétaires à la Banque de France, mais localement à travers les institutions habilitées. Cela permettrait de réduire également les coûts de la circulation d’argent. En 2018 et 2019 la BCEAO a dépensé près de 74 milliards de FCFA à cet effet.

Mais la mise en place d’une monnaie digitale peut se heurter à des défis. Selon Mme Ndoye, il faudrait déjà que les Etats soient au même niveau de dématérialisation et de digitalisation. De nombreuses analyses s’accordent à dire que les avancés en termes de numérisation impliquent de prendre conscience de nouveaux risques comme ceux de la cybersécurité. Une parfaite maitrise des technologies de blockchain sera également déterminante.

Idriss Linge

(Source : AgenceEcofin, 1er avril 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 825 111 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,90%)
    • 2G : 23,96%
    • 3G : 43,14%
    • 4G : 32,90%
  • 177 363 abonnés ADSL/Fibre (1,21%)
  • 134 098 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 258 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 22 706

- Taux de pénétration des services Internet : 88,74%

(ARTP, 31 décembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 228 774 abonnés
- 186.695 résidentiels (81,61%)
- 42 079 professionnels (18,39%)
- Taux de pénétration : 1,36%

(ARTP, 31 décembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 078 948 abonnés
- Taux de pénétration : 114,21%

(ARTP, 31 décembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)