twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La 5G en Afrique n’est pas pour 2021

lundi 4 janvier 2021

L’année 2021 sera-t-elle celle de la 5G en Afrique ? Pas certain. Alors que le monde se convertit peu à peu à cette technologie, le continent s’y prépare avec un peu plus de lenteur. La 5G nécessite de gros investissements, elle reste chère et surtout ne répond pas forcément aux besoins du plus grand nombre. Pourtant, des pays comme le Maroc ou l’Afrique du Sud ont décidé d’accélérer le pas.

Avec ses promesses de haut débit et de téléchargement rapide, la 5G fait rêver, et certains pays comme l’Afrique du Sud ou le Togo exploitent déjà des réseaux commerciaux. Les opérateurs présents au Maroc sont dans les starting-blocks. Sur le continent de nombreux pays et surtout de nombreuses villes, ont effectué des tests et commencent à s’équiper, comme c’est le cas, par exemple au Sénégal et au Nigeria.

Mais beaucoup d’opérateurs présents sur le continent s’interrogent.

Est-ce vraiment nécessaire dans l’immédiat ? Au Kenya, Safaricom a repoussé ses projets dans la 5G estimant plus judicieux de poursuivre l’exploitation de la 4G, dont il faut bien rentabiliser les installations. Orange n’est guère plus pressé en Afrique de l’Ouest même si sa réflexion évolue rapidement. Car la 5G nécessite des équipements coûteux et les abonnements seront forcément plus onéreux, ce qui va limiter dans un premier temps le nombre de clients.

Dans un rapport récent, l’équipementier suédois Eriksson estimait qu’il faudra attendre cinq ans avant de voir l’Afrique atteindre la barre des 50 millions d’abonnés à la 5G. La 5G concernera donc surtout une élite urbaine et technophile, celle qui travaille dans les nouvelles technologies, les sciences ou l’information. En attendant la 3G risque de dominer encore quelques années les réseaux mobiles africain, devant la 4G qui est encore minoritaire.

(Source : RFI, 4 janvier 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)