twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’hébergement local est primordial au développement de l’Internet en Afrique

jeudi 15 janvier 2015

Selon un rapport publié par Internet Society basé sur une étude du marché rwandais, l’hébergement local des sites Internet est un facteur clé pour le développement de l’écosystème de l’Internet dans les pays émergents.

Le rapport, disponible ici est intitulé « Promouvoir l’hébergement des contenus en local pour développer l’écosystème d’Internet« .

Alors que les infrastructures nécessaires pour l’accès à Internet se développent dans les pays émergents, les efforts visant à augmenter les taux d’adoption de l’Internet y sont de plus en plus concentrés sur la production de contenus pertinents pour les Internautes. Cependant, selon le rapport, l’impact de ces efforts sera limité si les infrastructures ne sont pas propices à l’hébergement local de cette matière première. En effet, dans de nombreux pays en développement, la majorité des contenus consommés sont hébergés à l’étranger.

Selon Michael Kende, économiste à ISOC et co-auteur du rapport : « le manque de contenus hébergés localement peut avoir des impacts significatifs sur l’ensemble de l’écosystème d’Internet dans un pays. Tout d’abord, l’accès à tous types de contenus hébergés à l’étrangers peut être très coûteux pour les fournisseurs de services Internet à cause de l’utilisation des liens internationaux qui entraînent des charges financières élevées d’une part et l’augmentation du temps d’accès d’autre part. »… »Aussi, ces coûts accrus sont ressentis par les utilisateurs, qui dépensent plus pour se connecter. »

« Le coût et la latence (délai minimum de transmission dans les communications informatiques, NDLR) impliqués pour accéder aux contenus basés à l’étranger ont une influence considérable sur l’utilisation de l’Internet. Logiquement, la production de contenu est proportionnelle au nombre de consommateurs de ces contenus-là, et si ce nombre n’est pas important, les producteurs de contenus ne pourront pas générer les revenus qui sont basés essentiellement sur la publicité et les ventes. » a expliqué Karen Rose, co-autrice du rapport.

Selon le ministre de la Jeunesse et TIC au Rwanda, Jean Philbert Nsengimana, « L’écosystème d’Internet rwandais a connu une croissance impressionnante au cours des dernières années notamment grâce à l’engagement et la participation des différentes parties prenantes, y compris la population. Les différents pays doivent travailler ensemble pour renforcer le secteur de l’hébergement local des contenus. »

(Source : Afrique ITnews, 15 janvier 2014)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)