twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’explosion des techniques de diffusion audiovisuelle en Afrique

jeudi 21 octobre 2010

Le secteur de l’audiovisuel en Afrique est en pleine mutation. Sylvain Béletre du cabinet d’étude Balancing Act - spécialisé dans la télévision et les télécoms en Afrique - reviennent sur les modes de diffusion employés par les principaux acteurs qui se préparent à une concurrence de plus en plus féroce.

L’histoire des techniques de l’audiovisuel en Afrique se confond avec l’histoire du cinéma et de la télévision. L’apparition de l’audiovisuelle sur le continent remonte aux années 50 avec les premières télévisions hertziennes. Le paysage audiovisuel s’est diversifié depuis l’ouverture à des médias privés vers le début des années 2000. Avec cette diversification et les récents développements technologiques, on a assisté à une explosion des chaînes TV et des modes de diffusion utilisées sur le continent. Aujourd’hui, les techniques audiovisuelles en Afrique sont souvent délimitées par le contenu (programme télévisé, documentaire, vidéoclip, vidéo pour mobile, etc.), les média et la réglementation en vigueur dans chaque pays. En Afrique comme ailleurs, il arrive que le régulateur bloque encore l’allocation de nouvelles licences TV alors que dans d’autres comme l’Uganda, on a vu apparaitre une vingtaine de chaînes TV, voire plus comme au Nigéria. La technologie est l’un des facteurs qui permet aux chaînes de se démarquer.

Le satellite et le réseau hertzien restent pour l’instant les rois de la diffusion audiovisuelle en Afrique, face à la concurrence des DVD - dont beaucoup proviennent de Nollywood au Nigéria- et des projections de rue ou en salle. Les nouveaux arrivants sont l’internet, le cable et la TV mobile.

Les principaux operateurs satellite de la TV en Afrique sont Eutelsat, Intelsat, SES Astra et Arabasat. On rencontre aussi des acteurs intermédiaires tels que GlobeCast - détenue à 100 % par France Télécom - une société de numérisation, d’agrégation, de transmission et de reformatage de contenus audiovisuels destinés à alimenter des plates-formes de télévision par satellite, Télévision Numérique Terrestre, réseaux câblés, TV sur IP, TV sur PC, TV sur mobiles ou encore des réseaux d’Affichage Audiovisuel Dynamique.

Typiquement, pour ce qui est du satellite, on a par exemple connu CFI-TV qui fut, du 5 juillet 1999 au 31 décembre 2003 une chaîne de télévision généraliste gratuite, à destination de l’Afrique francophone, diffusée par satellite, reprise par des opérateurs et distribuée soit par câble (Cameroun), soit en MMDS, soit parfois en hertzien analogique (Zaïre, RDC).

Les opérateurs et chaînes tels que VoxAfrica, France24, TV5 Monde Afrique, Canal + et DStv/Multichoice utilisent largement le satellite pour transmettre leur contenu sur le continent. Depuis 1998, Canal Overseas (Canal +) se tourne vers la technologie numérique en développant non seulement Canal+ en numérique, mais également des bouquets de chaînes en réception directe par satellite en bande KU. Aujourd’hui, Canal+ Horizons couvre plus de 40 pays d’Afrique.

Arrive maintenant la télévision numérique terrestre (TNT), avec une modulation de type QPSK, OFDM, des signaux vidéo (PAL ou NTSC) encodés et compressés aux formats MPEG-2 ou MPEG-4. La TNT en Afrique doit se généraliser d’ici 2015 selon l’objectif fixé par l’ITU, et démultiplier le nombre de chaînes disponibles. Les sud-africains e.tv et M-Net ont lancé des tests mais d’autres pays progressent plus lentement. Russell Southwood, directeur de Balancing Act a récemment mis en lumière le fait que la moitié des 52 pays africains n’ont pas encore annoncé, réglementé ou testé la TNT. Selon l’étude de Southwood, cinq pays seulement ont lancé la TNT. Dix pays en sont au stade pilote et huit pays ont posé les règles de ce nouveau mode de diffusion.

Sur les réseaux filaires viennent aussi se greffer les offres triple-play avec la TV par ADSL ou la TV sur le cable. La TV d’Orange est une offre du groupe France Télécom commercialisée sous la marque Orange qui délivre des programmes de télévision par le réseau téléphonique d’Internet haut débit (xDSL) et plus récemment proposée par le satellite. Elle fait partie des services payants de la livebox. En Afrique, la TV d’Orange sur ligne fixe a pour l’instant été lancée au Sénégal et à Maurice. D’autres opérateurs tels que Cape Verde Telecom, HFC cable ou Maroc Telecom commencent également à offrir la TV en plus des services télécoms. L’IPTV étant difficile à mettre en place sur les lignes cuivre actuelles des opérateurs nationaux, ces derniers n’ont pas encore lancé de grandes offres de TV/ADSL.

Mais avec l’explosion imminente d’internet à des coûts plus bas sur tout le pourtour du continent africain, les offres multi-play, la webTV et l’IPTV sont amenées à émerger. Les fonctions interactives vont aussi améliorer le confort du téléspectateur. Le streaming live et en différé, la " catch up TV " (par exemple "CANAL + A LA DEMANDE" en place à Maurice et à la Réunion), l’enregistrement sur disque dur, le PVR, le téléchargement, la VoD (vidéo à la demande) et les blogs du net sur les émissions vont se développer.

La mise en ligne est aussi en vogue. VoxAfrica, TV5 et France24 ont déjà postées de nombreuses émissions sur leur site. VoxAfrica fournit aussi son flux en live sur le web. People TV, producteur de deux programmes populaires - " Business Africa " et " Initiative Africa " rend accessible ses dernières émissions en ligne afin d’être plus près de son audience. Jeune Afrique a par ailleurs déjà lancé sa webTV sur son site depuis juillet 2008 - Jeune Afrique TV - avec des interviews et des reportages sur l’actualité ce qui a enrichi le contenu et augmenté le trafic du site.

La diffusion de la TV sur mobile - encore appelée " Télévision mobile personnelle " (TMP) - en est encore à ses balbutiements en Afrique, car qui dit TV mobile dit le plus souvent réseau 3G/UMTS et terminal 3G, pas encore très répandu, et ceci malgré les récent succès du mobile en Afrique. Le satellite permet également la transmission des flux.

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)