twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’enfant, les insultes et les réseaux sociaux

mardi 20 juin 2017

Sur une vidéo, on voit une petite fille proférer des insultes devant un parterre hilare. On devine et on entend une assistance composée d’adultes qui, si elle ne l’incite pas, ne la décourage pas dans la profération d’insanités. La vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux au Sénégal, mais pose problème.

Grimée en adulte avec une perruque, la fillette de cinq ans fait rire les vrais adultes. Un rire gras qui manque de classe, de hauteur, mais surtout de responsabilité. La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux au Sénégal à tel point qu’elle est devenue Trending Topic. Mais, son visionnage déclenche un tollé général ou presque. Les internautes sénégalais dénoncent cette vidéo qui dérange vu les propos tenus par l’enfant. Elle est devenue, en quelques jours, presque une affaire nationale, la vidéo, affichée dans les fils Facebook et Twitter, ayant connu des milliers de partage. Devant une telle réaction, la famille de la petite fille a réagi. En effet, il y a deux jours, c’est le deuxième épisode avec les excuses de l’oncle maternel de l’enfant, toujours en vidéo. Elle est le contraire de la première, parce que tellement touchante. On ne pouvait pas faire mieux en communication. Tous les codes y sont. Fini la perruque, l’enfant apparaît avec une bouille adorable.

Fini les insultes et les roulements des yeux, place à une timidité qui sied à son âge. Elle ne regarde même plus la caméra, mais se confond en pleurs, en toile de fond de la repentance publique de l’oncle. Il a une voix posée, un bon choix des mots : « mbok talibé ». Les gestes parlent également : les mains de l’enfant sont dans ses mains, pour dire que l’enfant est entre de bonnes… mains. « C’est juste une enfant de cinq ans. Sa mère est malade et hospitalisée. Ne pleure pas (dit-il à l’enfant) ». Une présentation d’excuses sommaire, moins d’une minute, mais efficace. Il le fallait, car les parents risquent gros ainsi que ceux qui ont mis la vidéo sur les réseaux sociaux. L’acte est puni par la loi puisque la publication d’une telle vidéo entraine des poursuites judiciaires avec l’article 284 du code de la famille qui suit les outrages aux bonnes mœurs. Concevoir une vidéo où on profère des insultes devenues publiques, selon plusieurs spécialistes du droit de la famille sénégalaise, est une infraction.

Sa diffusion sur les réseaux sociaux, considérés comme des moyens de diffusion publique par le droit sénégalais, en fait un outrage aux bonnes mœurs. La responsabilité civile des parents est également engagée. Ces derniers ont l’obligation et la responsabilité de la surveillance de leur progéniture. Certains professionnels du droit de la famille sénégalaise pensent qu’un parent est responsable civilement des actes posés par son enfant. Donc, si l’enfant insulte une personne, c’est la responsabilité des parents qui est engagée.

Moussa Diop

(Source : Le Soleil, 20 juin 2017)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)