twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’éducation en Afrique : Recherches pour l’optimisation de l’intégration des TIC à l’école

samedi 17 avril 2004

Une vaste étude est en chantier sur “ l’Intégration des Technologies de l’Information et de la Communication dans l’Education en Afrique de l’Ouest et du Centre ”, sous l’égide du Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education (ROCARE) et de la Faculté des Sciences de l’Éducation l’Université de Montréal du Canada.

Les travaux se dérouleront, sur deux ans, concomitamment au Sénégal, au Bénin, au Cameroun, au Ghana et au Mali. Leur objectif est de mieux faire comprendre, dans le contexte des pays africains, les conditions qui sont de nature à favoriser l’intégration réussie des TIC à l’école, afin de contribuer de façon significative à la qualité et au développement de l’éducation.

L’essor des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) signale et accompagne une transformation profonde des sociétés avancées : l’émergence de la société du savoir. Les TIC seront donc appelées à jouer un rôle majeur dans l’éducation au XXIe siècle. La recherche confirme un potentiel pour promouvoir de nouvelles pédagogies et manières d’apprendre, encourager l’ouverture et l’innovation, diversifier l’offre éducative et ainsi contribuer à l’amélioration de la qualité de l’éducation. Or, l’utilisation des TIC en Afrique demeure à la fois sporadique, sans direction claire, voire controversée. Une revue exhaustive de la littérature effectuée en amont de ce projet de recherche montre clairement qu’il existe très peu d’études sur l’intégration des TIC en éducation en Afrique, outre peut-être les travaux réalisés par certains chercheurs d’Afrique du Sud. Ce projet de recherche élaboré conjointement par le ROCARÉ et l’Université de Montréal compte combler ce vide en partie.

L’objectif général est de mieux comprendre les conditions qui favorisent une intégration réussie des TIC à l’école, en réalisant plusieurs études de cas, soit une étude “ multi-cas ”, sur les écoles qui ont effectué cette intégration avec succès. De façon plus précise, l’étude cherchera à mieux comprendre : les conditions d’accès ; les approches éducatives en classe ; les effets de l’intégration sur l’enseignement et l’apprentissage ; et les facteurs contribuant à la durabilité de l’intégration des TIC à l’école. L’étude examinera, entre autres, les politiques, les expériences d’intégration, l’exploitation par les enseignants des TIC et le profit qu’en tirent les élèves. Les multiples études de cas seront conduites, avec une approche surtout qualitative, dans cinq pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre à raison de huit écoles par pays. Chacune des écoles sera soigneusement sélectionnée. Il ne s’agira pas de choisir des écoles “ parfaites ”, mais plutôt des écoles qui sont reconnues comme pionnières dans l’intégration des TIC.

Les pays participant à ce projet ont fait de la recherche sur les TIC une priorité lors de la session stratégique 2002 du ROCARÉ à Dakar. Des équipes nationales ROCARÉ conduiront la recherche avec l’appui d’une équipe de coordination et un comité scientifique. Grâce à un partenariat entre le ROCARÉ et l’Université de Montréal au Canada soutenu par le CRDI, le projet bénéficiera d’une combinaison de l’expertise locale et internationale, avec accès aux institutions éducatives nationales et aux professeurs, réseaux de recherche et canaux de publication du Nord. Le processus et les résultats seront documentés sur un site Web, mais aussi sur un cédérom qui sera diffusé dans les écoles participantes et auprès des décideurs, lors des sessions interactives avec les parlementaires. Les résultats seront également diffusés dans des publications scientifiques (revues, etc.) et lors des conférences régionales et internationales.

INFOS : M. SECK, CEDS

(Source : Le Soleil 17 avril 2004)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 825 111 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,90%)
    • 2G : 23,96%
    • 3G : 43,14%
    • 4G : 32,90%
  • 177 363 abonnés ADSL/Fibre (1,21%)
  • 134 098 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 258 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 22 706

- Taux de pénétration des services Internet : 88,74%

(ARTP, 31 décembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 228 774 abonnés
- 186.695 résidentiels (81,61%)
- 42 079 professionnels (18,39%)
- Taux de pénétration : 1,36%

(ARTP, 31 décembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 078 948 abonnés
- Taux de pénétration : 114,21%

(ARTP, 31 décembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)