twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Passage au numérique : L’écran miroir ou la bataille des contenus

lundi 30 mars 2015

Le passage de l’analogique au numérique, c’est évidemment une question technique, mais ce serait dommage de n’en faire que cela. Le défi, pour des chaînes de télévision qui se retrouveront face à un public de plus en plus exigeant, ce sera de pouvoir proposer à leurs téléspectateurs des contenus qui leur ressembleront. En exploitant par exemple les données dont ils disposeront sur ces publics-là, et sur leur consommation de télévision en fonction de leur âge, de leur sexe ou de la tranche horaire tout simplement.

Que l’on ne s’y méprenne pas, dit-on au niveau des chaînes de télévision, le passage au numérique ou son côté technique, ce n’est pas cela l’enjeu, et ce n’est pas une « simple question de signal ». Le vrai défi, c’est ce que l’on met dedans, en termes de contenu destiné à un public qui se montrera forcément plus exigeant. Adama Sow de la Tfm dit d’ailleurs que l’on ne devrait pas se focaliser sur « l’aspect quincaillerie » de cette transition. La télévision du Groupe Futurs Médias (GFM) veut justement profiter de cette opportunité pour diversifier son offre, et proposer à ses téléspectateurs trois nouvelles chaînes digitales thématiques. Adama Sow regrette que les télévisions sénégalaises ne misent pas suffisamment « sur la diversité et sur la pluralité ». Ce qui expliquerait selon lui que certaines ethnies soient quasiment invisibles de nos petits écrans, à tel point que l’on finirait presque par croire qu’elles n’existent pas.

La Rts pense surtout que c’est une mission qui lui incombe à elle, parce que c’est une chaîne nationale. Le chef du Département Informatique de la maison, Boubou Sall, estime que la Rts, quand bien même elle voudrait revoir ses contenus, ne doit pas « déroger à sa mission de service public : porter l’information à tous les Sénégalais, servir de miroir à toute la diversité culturelle qu’il y a ici au Sénégal, et donner à toutes les ethnies la possibilité de se retrouver dans ses programmes, ce qui n’est peut-être pas la vocation des autres chaînes. »

A chaque télévision sa « stratégie de basculement » ou ses petits secrets jalousement gardés. Sans entrer dans les détails, Sen Tv, explique Massamba Mbaye, le directeur général de D Media, groupe propriétaire de la chaîne de télévision, prévoit de lancer un autre format, qui ciblera surtout la banlieue. Sen Tv, dit-il encore, avait dès le début fait le pari de présenter ses « propres productions ». Autrement dit, pas de télénovelas brésiliennes ou mexicaines, et pas de « musique à tout-va ».

Massamba Mbaye pense aussi que ce passage au numérique va permettre d’avoir une démarche plus précise, puisque comme il dit, « on ira de plus en plus vers un calcul d’audiences : on nous dira par exemple que les personnes qui appartiendraient à telle tranche d’âge regarderaient plus la télévision à tel moment de la journée par exemple ». Ce qui impliquera que les chaînes de télé puissent s’adapter et ajuster leurs programmes en fonction de ces informations qu’elles vont devoir exploiter, en nous proposant plus d’ « émissions intellectuelles, des émissions de haute tenue ». Et peut-être qu’enfin les télévisions arrêteront de toutes se copier, quand on sait qu’il « suffit souvent qu’une télé innove pour que les autres fassent la même chose ». Si elles se copient, et si elles le font mal, c’est aussi parce que, comme dirait Adama Sow, on confie trop souvent la gestion des programmes à des personnes inexpérimentées ou peu formées, alors que « cela ne s’improvise pas ».

Théodora Sy Sambou

(Source : Sud Quotidien, 30 mars 2015)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)