twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’avenir de l’Internet préoccupe les ministres des TIC

mercredi 19 octobre 2011

Les ministres africains en charge des technologies de l’information et de la communication ont effectué le déplacement ce matin au Méridien Président pour discuter de l’avenir des TIC.

Les principaux objectifs de cette rencontre sont la mise à niveau des ministres africains, régulateurs et autres décideurs sur les enjeux et les implications politiques de la gouvernance actuelle d’Internet au niveau de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), (Nouveaux gTLD, IDN, Réforme du GAC, etc.). La mise en place d’une plate forme pour une discussion efficiente et efficace par un large éventail d’experts sur des sujets spécifiques et les différentes initiatives pour le développement de l’Internet dans notre région, l’adoption des résolutions pour contribuer aux sujets actuels de l’ICANN grâce à une harmonisation des positions africaines notamment les nouveaux noms de domaines internationalisés, la réforme du GAC, la préparation d’un agenda africain pour l’ICANN qui prend en compte les problématiques du continent en termes d’accès, d’infrastructures de système de noms de domaines, de promotion des noms de domaines des pays, sont au menu de la table ronde.

Les organisateurs sont partis du constat que six ans après le Sommet Mondial sur la société de l’Information en 2005, l’Afrique se trouve toujours en queue de peloton dans la gouvernance mondiale de l’Internet. Au cours des années, la présence africaine a certes été renforcée dans les instances de gestion de l’Internet, mais les décisions que prennent l’ICANN, à chaque assemblée générale, trois fois par an, influent sur le devenir de l’Internet et peuvent changer nos vies en très peu de temps - même si le processus est transparent, démocratique et public. D’ou la nécessité d’être présent et surtout de participer.

Le ministre de la communication Moustapha Guirassy s’est réjouit de la tenue de cette 42ème rencontre de l’ICANN. "C’est un honneur pour le Sénégal d’abriter une réunion qui est d’une importance capitale car Internet a développé quelques types de rapports démocratiques circulaires".

Nelly Elisa Sagna

(Source : Le Sénégalais, 19 octobre 2011)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)