twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’adoption du bitcoin par la République centrafricaine déconcerte les cryptomonnaies

jeudi 28 avril 2022

L’adoption du bitcoin par la République centrafricaine, alors que nombre des plus grandes économies du monde s’en méfient, a laissé perplexe le monde des cryptomonnaies et les habitants de ce pays producteur d’or et de diamants, et a suscité la prudence du FMI.

L’utilisation du bitcoin, une monnaie numérique qui existe sur un grand livre partagé à travers un réseau mondial d’ordinateurs, pour acheter et vendre des biens et des services repose sur un Internet fiable et rapide et un accès généralisé aux ordinateurs ou aux smartphones.

Pourtant, le taux de pénétration d’Internet en République centrafricaine n’est que de 11 %, ce qui correspond à quelque 550 000 personnes en ligne l’année dernière, selon les estimations du site DataReportal. Pendant ce temps, seuls environ 14 % des gens ont accès à l’électricité et moins de la moitié disposent d’une connexion de téléphonie mobile, selon l’Economist Intelligence Unit.

Quatre analystes et experts en crypto-monnaies ont déclaré que l’adoption du bitcoin dans l’un des pays les plus pauvres du monde, où l’utilisation d’Internet est faible, où les conflits sont généralisés, où l’électricité est rare et où la population n’est pas familière avec la crypto-monnaie, constitue un défi de taille.

La République centrafricaine a fourni peu de détails dans sa déclaration de mercredi sur la façon dont elle prévoit de relever ces défis. Elle n’a pas répondu aux demandes de commentaires de Reuters.

Le communiqué du gouvernement a déclaré que cette initiative faisait de la République centrafricaine l’un des "pays les plus visionnaires" du monde, mais les habitants de la capitale Bangui, où la plupart sont familiers avec l’argent mobile pour acheter des biens et payer des factures, étaient déconcertés.

"Bitcoin. Qu’est-ce que c’est ?" a déclaré jeudi Auguste Agou, qui dirige une entreprise locale de bois à Bangui, ajoutant : "Que peut apporter le bitcoin à notre pays ?"

Ce pays africain de 4,8 millions d’habitants est le deuxième au monde à se tourner vers le bitcoin, après le Salvador.

Lorsque le pays d’Amérique centrale a adopté le bitcoin comme monnaie légale en juin, il existait déjà une communauté, petite mais croissante, d’entreprises et d’utilisateurs individuels de crypto-monnaies. Pourtant, son utilisation dans le commerce a été entravée par des problèmes d’Internet.

"Étant donné les énormes obstacles à l’adoption et les risques associés à l’utilisation, et les avantages apparemment limités, nous ne nous attendons pas à une adoption généralisée des cryptomonnaies dans le pays", a déclaré Nathan Hayes, analyste chez Economist Intelligence Unit.

Le chercheur américain Chainalysis, spécialisé dans les blockchains, qui suit l’utilisation des crypto-monnaies, n’avait pas de données sur la République centrafricaine, qui est en proie à la violence depuis des années et où des mercenaires russes aident le gouvernement à vaincre les groupes rebelles.

Mise en garde du FMI

Certains ont déclaré qu’en adoptant le bitcoin, la République centrafricaine envoie un message concernant le franc CFA centrafricain, une monnaie régionale utilisée par six États, qui est régie par la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) et rattachée à l’euro.

La BEAC doit, par le biais de l’union monétaire, maintenir au moins 50 % de ses avoirs étrangers auprès du Trésor français, un arrangement qui a été critiqué comme freinant le développement économique.

Le mouvement cryptographique de Bangui "reflète l’inquiétude régionale concernant l’utilisation du franc CFA, avec ses connotations coloniales", a déclaré Rahul Shah, responsable de la recherche sur les actions financières chez Tellimer.

D’autres défenseurs de la crypto ont déclaré qu’il s’agissait d’une réplique au franc CFA.

"L’Afrique centrale est extrêmement en retard en termes de développement", a déclaré Chris Maurice, PDG de l’échange de crypto Yellow Card Financial, qui compte environ un million d’utilisateurs dans 16 pays africains et est autorisé à opérer dans la zone du franc CFA.

"C’est un gros doigt d’honneur au système économique français".

Un porte-parole de la BEAC a déclaré mercredi à Reuters qu’elle n’avait pas été prévenue à l’avance et qu’elle n’avait pas encore de réponse. La BEAC n’a pas répondu aux demandes de commentaires jeudi.

Le Fonds monétaire international (FMI), qui, en janvier, a exhorté le Salvador à renoncer à sa décision de donner cours légal au bitcoin, a exprimé sa prudence à l’égard de la décision de la République centrafricaine.

"Il est vraiment important de ne pas considérer de telles choses comme une panacée pour les défis économiques auxquels nos pays sont confrontés", a déclaré le directeur du département Afrique du FMI, Abebe Aemro Selassie, lors d’un point de presse sur ses perspectives économiques pour l’Afrique subsaharienne.

"Vous devez vous assurer que le cadre législatif, en termes de transparence des flux financiers, le cadre de gouvernance qui l’entoure est tous solidement en place."

(Source : ZoneBourse, 28 avril 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)