twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’administration au ralenti

vendredi 6 août 2010

Les perturbations constatées dans le fonctionnement du réseau téléphonique et la connexion internet ont causé d’énormes désagréments dans le fonctionnement de l’administration.

Une fin de journée au ralenti au Building administratif. Les couloirs sont peu animés. Dans les bureaux, on ne sait pas quoi faire. En effet, cette situation montre éloquemment combien le téléphone et l’Internet ont modifié les usages et le fonctionnement de l’administration. Rivé derrière son ordinateur, dans son bureau situé au premier étage, M. Thierno Barro Diallo, contrôleur financier, déplore, comme beaucoup, les perturbations constatées sur le réseau téléphonique et sur la connexion internet. « Tous les appels vers Tigo ou Expresso ne passent pas. Pour l’internet, n’en parlons même pas. Et, il faut bien reconnaître que la communication occupe une place prépondérante dans la société, d’une manière générale, et le fonctionnement de l’administration, en particulier », soutient-il. Il déplore surtout le manque d’informations sur les causes de cette situation. Cette analyse est entièrement partagée par M. Mamadou Sall, contrôleur d’Etat, qui, lui aussi, semble être pris au dépourvu par la situation. « J’étais à l’hôtel Ngor Diarama quand j’ai essayé d’appeler au bureau mais la communication ne passait pas. C’est par la suite que j’ai entendu à la radio qu’il y a une perturbation générale sur le réseau », confie-t-il. Pour lui, comme pour d’autres, c’est une « journée presque perdue ». « Nous sommes un service de contrôle, c’est pourquoi nous avons constamment besoin d’être en contact avec nos partenaires. C’est indispensable », dit-il. Mme Mbaye, secrétaire de son état, elle aussi, a brusquement vu son travail être interrompu par un réseau « intermittent ». Si pour les travailleurs de bureau cette situation est un vrai casse-tête, d’autres n’en ressentent nullement les effets. C’est le cas de ce fonctionnaire du ministère des Transports qui confie, sous l’anonymat, qu’il n’est nullement perturbé. « Je ne travaille ni avec le téléphone, encore moins avec l’internet », dit-t-il, presque indifférent.

S. Ka et B. Dione

(Source : Le Soleil, 6 août 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)