twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’absence de statut freine l’investissement

mardi 27 novembre 2012

Les fournisseurs d’accès Internet n’ont pas de statut au Sénégal, a soutenu, mardi à Dakar, le responsable des opérations de Google pour l’Afrique de l’Ouest francophone, Tidiane Dème, soulignant que c’est ’’un frein à l’investissement’’.

‘’Le code des télécoms rédigé et signé par l’Etat en 20011 ne mentionne pas une seule fois le mot Internet. Les fournisseurs d’accès Internet n’ont pas de statut au Sénégal, ils sont des fournisseurs de services à valeur ajoutée et ne peuvent pas déployer leur propre infrastructure même quand ils ont le capital et décidés à investir’’, a-t-il dit.

‘’La position dominante d’un opérateur unique sur tous les segments de l’accès c’est-à-dire sur l’international, sur l’infrastructure nationale n’est pas du rôle de la Sonatel mais celui de l’Etat’’, a soutenu M. Dème, lors d’un entretien avec la presse.

‘’C’est l’Etat qui met en place l’environnement qui permet à la concurrence de se développer. Evidemment cette absence de compétition dans ces différents secteurs pose problème, parce que cela veut dire qu’il n’y a pas assez d’investissement dans ces infrastructures et que les prix ne sont pas assez bas pour permettre à la population d’accéder à ces services’’, a expliqué M. Dème.

‘’Nous interpellons l’Etat par rapport à cette situation. Nous disons à l’Etat que les fournisseurs d’Internet étaient au nombre de neuf en 2009 et ils ne sont que deux en 2012’’, a-t-il déclaré.

’’Est-ce que c’est une situation que l’Etat doit laisser continuer ou doit faire quelque chose pour leur permettre d’investir et les encourager d’investir ?’’, s’est interrogé.

‘’Les gens interpellent beaucoup la Sonatel sur ses positions mais c’est l’Etat qu’il faut interpeller pour qu’il mette en place une politique pour remédier à cette situation’’, a soutenu le responsable des opérations de Google pour l’Afrique de l’Ouest francophone.

Il a par ailleurs indiqué que le Sénégal ’’a tardé à lancer’’ la 3G. ‘’La 3G aujourd’hui, selon les statistiques de l’ARTP, est à une très forte croissance. Le nombre d’abonnés double actuellement tous les six mois donc l’adoption est très rapide et une demande très forte va se créer qui va engendrer un marché pour la 4G pour les opérateurs’’, a-t-il dit.

‘’Au-delà de ces technologies, il y a un manque, sur le marché sénégalais, de réseau Wifi public, contrairement à beaucoup de capitales africaines où les gens grattent une carte et se connectent, où les débits sont encore beaucoup plus importants’’, a-t-il fait remarquer.

(Source : APS, 27 novembre 2012)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)