twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’absence d’identification numérique des populations risque d’accentuer la fracture numérique en Afrique

mercredi 18 novembre 2020

La Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (UNECA) appelle les Etats africains à accélérer l’identification numérique des populations. Dans une Afrique où le numérique deviendra incontournable après la Covid-19, il estime que ne pas le faire accentuera la fracture numérique.

Sans identité claire, un citoyen ne peut accéder à aucun service (éducation, santé, concours, etc.). Dans le monde numérique qui se profile rapidement à l’horizon, Tunde Fafunwa, le conseiller principal du Centre d’excellence numérique de l’UNECA, craint que l’absence d’identité numérique accentue davantage la fracture numérique.

Dans un entretien accordé la semaine dernière à covid19africawatch.org , une initiative du think tank économique Milken Institute, il a interpelé les gouvernements africains sur la nécessité d’accélérer l’identification numérique de leurs populations qui les aidera à plus d’un titre.

« Aujourd’hui, le passage à une société virtuelle pour réduire les interactions physiques gagne du terrain. De nombreux sites sont fermés ou restreints en termes d’accès, donc les transactions virtuelles – transactions numériques en ligne – deviennent le principal moyen d’obtenir des informations, des services et d’effectuer des transactions financières. Et dans de nombreux cas, la seule façon d’y parvenir est d’utiliser une sorte d’identification numérique. Ainsi, une identification numérique est encore plus importante aujourd’hui qu’elle ne l’était auparavant », a-t-il déclaré.

Sur un continent où environ 500 millions de personnes ne disposent pas d’un document d’identité de base avec lequel effectuer des transactions officielles, Tunde Fafunwa a invité les autorités africaines à sortir de l’attentisme. « Le Malawi l’a fait, il a enregistré près de 18 millions de citoyens sur une période de quelques mois. Cela peut donc être fait rapidement et efficacement là où il y a une volonté politique de le faire », a-t-il souligné.

(Source : Agence Ecofin, 18 novembre 2020)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)