twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Union Européenne va corser sa politique de lutte contre la cybercriminalité

mercredi 10 janvier 2018

Les assauts cybercriminels à répétition qui sapent les économies des pays préoccupent au plus haut niveau l’Union Européenne. L’organisation communautaire veut davantage renforcer la lutte dans les prochaines années. Elle entend accorder en particulier un meilleur statut à son agence en charge du dossier. Des améliorations qui passent aussi par la coopération avec les autres pays puisque, on le sait, la lutte contre la cybercriminalité ne peut être conduite par un seul Etat. « Ce que nous constatons dans notre rapport, c’est que devons coopérer avec certains pays. Nous devons être plus forts pour identifier les pays, essentiellement occidentaux, avec lesquels étendre notre coopération comme les Etats-Unis, le Japon, l’Inde, Israël, comme développer les moyens de se défendre en cas de cyberguerre », explique le rapporteur de l’UE sur la cybersécurité cité par le site de la chaîne Euronews.

L’une des attaques cybercriminelles les plus graves en terme d’ampleur et de victimes reste sûrement celle faite avec le logiciel malveillant Wanna Cry qui avait contaminé en 2017 plus de 150 pays en l’espace seulement de quelques heures. Le gouvernement américain n’avait pas hésité à mettre en cause la Corée du Nord. Ce que semble regretter un chercheur au CNRS qui fustige cette précipitation dans l’identification des auteurs potentiels. Pour Afonso Ferreira, interrogé par Euronews « nous devons être clairs sur les sources d’information dont nous disposons, par exemple en ce qui concerne les élections et les fausses nouvelles, nous devons simplement nous assurer que nous disposons de sources d’informations fiables », plaide l’expert. L’Union Européenne est particulièrement ciblée par les bandits du Net. En 2016, plus de 4 000 attaques par jour ont été enregistrées. 80 % des entreprises ont été affectées selon Euronews.

(Source : CIO Mag, 10 janvier 2018)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)