twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Uemoa se dotera cette année d’une monnaie numérique, le e-cfa

jeudi 12 janvier 2017

Une monaie numérique pour faciliter les échanges et l’intégration économique. C’est ce qui justifie l’idée d’avoir une version numérique du Fcfa. L’e-cfa sera disponible avant la fin de cette année 2017 et le Sénégal sera le premier pays à le tester.

L’e-Cfa sera émis par la Banque régionale de marché (Brm) conformément à la réglementation sur la monnaie électronique. Elle sera éditée par la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) avec pour ambition de faciliter les échanges et l’intégration économique dans un monde de plus en plus soumis à la révolution des Tics. « Il s’agit d’un billet numérique qui peut s’échanger comme un billet physique émis par une Banque centrale, » explique Jonathan Dharmapalan, Fondateur d’E-currently Mint Ltd qui exécutera la tâche. « Pour réaliser une transaction, vous pouvez débiter un compte bancaire et en créditer un autre, ou bien vous pouvez échanger physiquement un billet de 10 dollars ou 10 euros qui passera de votre main à la mienne. Nous avons créé une technologie qui permet cet échange-là de manière numérique, » détaille-t-il.

L’e-Cfa sera d’abord testé au Sénégal (siège de la Bceao). Si son succès se confirme, les autres pays de la zone Uemoa pourront en bénéficier. La nouvelle version du Fcfa dépendra de la zone économique et monétaire.

Pour éviter les faux, les billets physiques seront marqués d’un filigrane et d’un numéro de série. « Cette technologie est une révolution contre la fraude. La monnaie électronique nous aidera à mieux maîtriser les transactions financières pour lutter contre la corruption, » laisse entendre sur Rfi, Serigne Diakhoumpa du Fonds souverain des investissements stratégiques du Sénégal.

« Je prends toujours l’exemple du Rwanda, où même la petite vendeuse du coin a un terminal électronique. Plus besoin aujourd’hui d’avoir des billets et des pièces dans votre poche, vous faites la transaction avec des machines, or les machines ne peuvent pas vous demander de payer des choses qui ne sont pas dues. Bien sûr, l’informatique peut se pirater, mais toutes les transactions sont quand même tracées, » ajoute-t-il.

La zone Uemoa n’est pas pionnier en la matière. La Tunisie a lancé l’e-dinar en 2016.

(Source : Agence Ecofin, 12 janvier 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 623 820 abonnés Internet

  • 8 323 913 abonnés 2G+3G (96,5%)
  • 182 023 clés Internet (2,1%)
  • 99 457 abonnés ADSL (1,2%)
  • 18 427 abonnés bas débit (0,2%)

- 625 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,27%

(ARTP, 30 septembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 5324 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 17 juin 2016)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 290.096 abonnés
- 1 166 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 967 659 abonnés
- Taux de pénétration : 107,89%

(ARTP, 30 septembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)