twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’URAC appelle à diligenter l’adoption d’un nouveau cahier de charges pour les radios communautaires

dimanche 11 avril 2010

L’Union des radios associatives et communautaires (URAC) a appelé, récemment à Saly, le ministère de la communication à faire preuve de diligence dans le cadre de la mise en place d’un nouveau cahier de charges lui permettant d’améliorer le fonctionnement des radios communautaires.

‘’Un nouveau cahier de charges a été élaboré et déposé sur la table de l’autorité de tutelle à qui il appartient de prendre une décision réglementaire pour que nous disposions enfin de cet outil combien important pour nous’’, a déclaré le président de l’URAC, Souleymane Ba, au cours d’un séminaire de partage organisé par le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA).

Pour M. Ba et les autres membres de l’URAC, l’actuel cahier de charges représente, surtout en ses articles 18 et 19 qui interdisent la publicité et la politique, ’’un corset’’ pour le développement économique des radios communautaires.

‘’Dans la pratique au quotidien, on s’est rendu compte qu’il est dépassé. Et si nous voulons que les radios communautaires puissent poursuivre leur mission auprès des populations à la base, il faut aller vers des changements’’, a pour sa part estimé Daouda Gueye de la radio Oxygène de Pikine.

Pour Babacar Ndiaye de Linguère FM, le cahier de charges qui régit actuellement les rédios communautaires ne répond plus aux objectifs. En outre, a-t-il indiqué, il fait planer une menace de fermeture sur ces radios.

Le CNRA a promis son soutien et assuré de sa volonté de travailler aux côtés des radios communautaires.

L’organe de régulation a cependant rappelé qu’il appartient à ces médiats de mener le plaidoyer et le lobbying pour faire aboutir ces doléances.

‘’Nous sommes persuadés que la qualité et la viabilité des radios communautaires dépendront de ce qu’en feront les hommes et les femmes qui les dirigent’’, a dit la présidente du CNRA, Nancy Ndiaye Ngom.

Organisé par le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA), le séminaire destiné à l’URAC s’est tenu les 8 et 9 avril derniers à Saly Portudal.

(Source : APS, 11 avril 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)