twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Intersyndicale de Sonatel menace

jeudi 26 mai 2016

L’intersyndicale de Sonatel qui, depuis 3 ans, a engagé une rude bataille pour barrer la route à France Télécom dans le déploiement d’un projet appelé externalisation du cœur d’activité, dit être aujourd’hui plus que déterminée à aller jusqu’au bout. Elle a organisé, ce jeudi 26 mai 2016, une conférence de presse pour relever l’urgence et la nécessité pour les autorités d’organiser une rencontre dédiée spécialement aux télécommunications.

« Nous invitons l’Etat du Sénégal à organiser, en urgence, une large concertation par le biais d’un symposium ou des assises pour une politique sectorielle des Télécommunications à l’ère du numérique », a déclaré Babacar Sarr, coordinateur de l’Intersyndicale de Sonatel. Ses camarades et lui, dit-il, n’entendent pas lâcher du lest, concernant cette affaire.

« Quelle que soit la puissance du lobby de la multinationale Orange, l’appui dont elle pourra bénéficier de son partenaire de référence l’Etat français, la pression que la France exercera sur l’Etat du Sénégal, quelle que soit la lenteur de la décision patriotique de l’Etat du Sénégal, le temps que durera notre combat, nous ne céderons pas », jure-t-il. Le secteur des télécom vers des perturbations Selon le syndicaliste « le moment est venu pour que l’Etat joue pleinement son rôle sans crainte d’une quelconque puissance étrangère". Il annonce que l’Intersyndicale de Sonatel, avec l’ensemble des forces vives de la Nation, va entamer dans les prochains jours son second plan d’actions contre ces projets d’externalisation. "L’Etat hésite encore pour faire face à la multinationale d’Orange qui est en train de bafouer notre souveraineté. C’est inconcevable pour un Etat souverain. Nous prenons à témoin et interpellons le peuple Sénégalais pour mener ensemble ce combat patriotique pour un Sénégal et une Afrique dignes sur la voie du développement », soutient le conférencier.

Pour M. Sarr, « la préservation des intérêts du Sénégal est le minimum que l’on peut attendre de notre Etat". "Nous ne comprenons pas que l’Etat ne démontre pas plus de détermination à arrêter France-Télécom, alors qu’il est fort de la détermination des travailleurs de Sonatel, des centrales syndicales, entre autres, à s’opposer à ce néo-colonialisme, nommé très cupidement projets de transformation », note M.Sarr.

Youssoupha Mine (Source : Seneweb, 26 mai 2016)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)