twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Internet haut débit et abordable, bientôt une réalité en Afrique

vendredi 3 décembre 2010

Différents projet d’envergure vont doter l’Afrique d’une couverture haut débit de l’Internet sur l’ensemble du territoire. Parmi les projets les plus ambitieux qui verront le jour, le moteur de recherche sur internet Google, la première banque européenne HSBC et le câblo-opérateur Liberty Global se sont associés pour fournir un accès internet haut débit à faible coût à trois milliards de personnes vivant en Afrique et dans d’autres pays émergents via un réseau de satellites.

Des projets concurrents prévoient d’améliorer les débits du réseau entre l’Europe et l’Afrique. Le géant Alcatel-Lucent, en collaboration avec un consortium composé dirigé par France Télécom, va mettre en place un câble sous-marin long de 17 000 km. Ce câble baptisé ACE (Africa Coast to Europe) devrait accélérer les débits des pays de la côte ouest de l’Afrique, les travaux ont commencé en mai 2010.

Le haut débit via satellite

Le consortium constitué par Google, HSBC et Liberty Global a passé commande pour 16 satellites de télécommunication en orbite basse auprès de Thales (HO) Alenia Space, le numéro un européen du secteur.

Le projet baptisé O3b Networks, vise la connexion à internet des "autres trois milliards de personnes" (other 3B), d’où son nom. Il représente un investissement de 750 millions de dollars.

Le contrat comprend aussi une option sur plusieurs satellites supplémentaires, avec une livraison et une mise en service des satellites prévues pour la fin 2010. O3b prévoit de couvrir l’Asie, l’Afrique, l’Amérique latine et le Moyen-Orient, en offrant une connexion aux performances comparables à celles de la fibre optique.

Le câble reliant l’Europe à l’Afrique en construction

Le projet concurrent est constitué par les membres du consortium ACE (Alcatel-Lucent et France Telecom), qui a pour objectif de répondre aux besoins haut débit et de développer la connectivité en Afrique. ACE sera opérationnel le premier semestre 2012, pour un coût estimé à 500 millions de dollars.

Ce nouveau système de réseau sous-marin avec une capacité de 40 Gbit/s intégrée permettra une communication très haut débit à destination et en provenance du continent africain et de l’Europe. ACE reliera 23 pays, allant de Cape Town en Afrique du Sud, à la France.

Cela concernera les pays situés dans le sud de l’Europe (la France, l’Espagne et le Portugal) mais aussi et surtout des pays africains, dont : la Namibie, l’Angola, la République du Congo, la République Démocratique du Congo, le Gabon, la Guinée Équatoriale, Sao Tomé et Principe, le Cameroun, le Nigeria, le Niger, le Mali, le Benin, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Liberia, la Sierra Leone, la Guinée, la Gambie, le Sénégal, et la Mauritanie.

Alcatel-Lucent prévoit une ouverture du service commercial le premier semestre 2012. A terme, une dizaine de ces câbles devant relier l’Afrique à l’Europe, le Moyen-Orient et l’Asie ont été annoncés.

Les bénéfices du haut débit

Cette nouvelle offre facilitera l’accès à l’infrastructure internet, encore limité dans les marchés émergents. C’est seulement lorsque les marchés émergents auront un accès abordable et généralisé au reste du monde qu’apparaitront de façon significative des contenus créés localement, des systèmes d’éducation par internet, de télémédecine et d’autres projets porteurs de croissance économique et de développement social.

Ces différents projets devraient permettre de réduire le coût de la bande passante pour les opérateurs télécoms et les fournisseurs d’accès internet, ce qui se traduirait par des appels et des services en haut débit meilleur marché.

Les régions concernées pourront bénéficier des communications et des services Internet améliorés indispensables à leur développement socio-économique notamment dans l’achèvement des Objectifs du millénaire (OMD).

(Source : Africatime, 3 décembre 2010)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)