twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Etat soupçonné de mensonges et de mauvaise gestion

jeudi 1er septembre 2011

La Sonatel n’a pas attendu pour réagir à la sortie du ministre de la Communication et des Tics, Moustapha Guirassy. Point par point, la directrice de la communication institutionnelle et de la responsabilité sociale de l’entreprise, Mme Nafissatou Dia Diouf, a démonté les arguments de Guirassy sur l’institution de la surtaxe sur les appels entrants au Sénégal.

Cette mesure est ’abord décrite comme liberticide. « Le seul fait de mettre à la disposition d’un tiers des éléments de notre réseau, même si c’est l’ARTP, les numéros de l’appelant, celui de l’appelé, la provenance de l’appel, la durée d’appel, tout cela permet de faire des recoupements des appels. Pour nous, c’est en soi une violation du secret de la correspondance des personnes dont les données transitent dans notre réseau », signale d’emblée Mme Diouf. En réaction aux propos du ministre soutenant que « les sommes collectées issues des taxes seront directement reversées au fisc », elle dénonce un mensonge d’Etat : « C’est en porte à faux avec ce qui est écrit dans le décret. En page 3 article 8, cette disposition prévoit que les sommes collectées par l’ARTP sont prévues pour rémunérer les prestataires du contrôle et le différentiel sera reversé au trésor par le biais de l’ARTP. » Mme Diouf met en exergue la « nébuleuse » qui entoure la taxation des appels entrants, non sans s’interroger sur la destination des sommes collectées et versées l’année dernière par l’ARTP avec Global Voice. « Est-ce que réellement elles ont été versées au trésor ? Pourquoi cet argent n’a pas été affecté à des secteurs prioritaires dont on parle aujourd’hui ? », s’interroge Nafissatou Dia Diouf. Avant d’affirmer, pointant du doigt un sérieux indice de mauvaise gestion, que « le produit d’une taxe est du domaine de l’Assemblée nationale ». Puis de conclure que la taxe doit faire l’objet d’une loi des finances et être perceptible par le trésor public dans l’intérêt de la transparence. Cette vigoureuse riposte de la Sonatel annonce un combat à mort.

(Source : DakrActu, 1er septembre 2011)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)